A Gift to My Children (de Jim Rogers)

A Gift to My Children

Introduction

Il est le voyageur du monde bravache et investisseur de légende qui a fait fortune avant ses 40 ans.

Dans ce livre destiné à ses propres filles (et à tout jeune investisseur), l’auteur de « Bull in China », « Hot Commodities » et « Adventure Capitalist » partage avec nous un guide indispensable pour être heureux et avoir du succès dans la vie.

Dans « A Gift to My Children » (traduit littéralement par « Un cadeau pour Mes Enfants »), Jim Rogers nous livre ses conseils avec une candeur qui lui est propre et une confiance inébranlable, mais en y ajoutant cette fois une certaine compassion paternelle, un instinct de protection et de l’amour.

Rogers révèle comment apprendre de ses succès et de ses erreurs pour se construire une vie pleine et prospère.

Il conseille par exemple :

  • Suivez votre propre jugement. Rogers a ainsi eu l’intuition du véritable potentiel de la Chine au tout début des années 1980 alors que la plupart des analystes de l’époque étaient grandement sceptiques quant aux perspectives de croissance du pays.
  • Concentrez-vous sur ce que vous aimez. Rogers avait 5 ans lorsqu’il a commencé à collectionner les bouteilles vides lors des matches de baseball plutôt que de jouer avec ses petits camarades.
  • Soyez persistent. Rogers est originaire d’une petite ville rurale d’Alabama et il n’a jamais cessé d’apprendre pour finalement obtenir une bourse qui lui a permis d’aller à Oxford.
  • Faites le tour du monde. En 1990, Rogers a voyagé à travers 6 continents en moto ce qui a lui permis de se construire une vision globale de l’économie et lui a appris à évaluer les opportunités qui se présentaient à lui dans des pays en développement rapide comme le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine.
  • Rien n’est jamais totalement nouveau. Tout ce qui est présenté comme « innovant » ou « sans précédent » est généralement exagéré comme dans le cas d’internet ou de la télévision, des avions ou des voies de chemin de fer auparavant.

Sage et réconfortant, accessible et inspirant, « A Gift to My Children » est un beau cadeau à offrir à ceux qui commencent à peine à investir dans leur avenir.

En bref

Ce court best-seller de Jim Rogers, l’un des investisseurs les plus renommés au monde, a été rédigé sous la forme d’une lettre qui dispense conseils d’ordre personnel et conseils d’investissement à ses 2 filles.

Rogers a co-fondé le Fond Quantum avec son partenaire George Soros, et s’est construit une solide réputation en matière d’économie, d’investissement et de marchés.

Dans la soixantaine, il s’est marié pour la 2ème fois et est devenu père.

Dans ce livre, il raconte à ses filles de nombreuses anecdotes sur ses expériences de vie. Il recommande de mettre de l’argent de côté, de cultiver des habitudes saines, de travailler dur, d’étudier et de penser à l’avenir.

Dans ce résumé, vous allez apprendre :

  • Comment un père conseille à ses enfants de construire leur personnalité et de vivre pleinement leur vie,
  • Pourquoi une star de l’investissement comme Jim Rogers attribue la raison de son succès à une solide éthique du travail,
  • Les conseils qu’il donne aux investisseurs, aux voyageurs et aux enfants.

Les 10 Idées Clés

  1. Le gourou de l’investissement Jim Rogers dispense ses conseils de vie et financiers à ses 2 filles desquels vous pouvez également tirer pleinement profit.
  2. Vous devez d’abord penser par vous-même. Ecoutez ce que les autres ont à vous dire mais faites-vous toujours votre propre opinion, quel que soit le sujet.
  3. Faites un travail que vous aimez. Restez actif. Mettez de l’argent de côté. Faites vos devoirs.
  4. Prêtez attention aux détails.
  5. Faites le tour du monde. Voyagez. Ne vous contentez pas de le découvrir à travers vos lectures.
  6. Etudiez l’histoire d’un lieu avant de vous y rendre en voyage. Rendez-y vous avant d’y investir votre argent.
  7. Apprenez les langues étrangères, en particulier le mandarin.
  8. N’investissez que dans des actifs que vous comprenez. Ne prenez pas de risques inutiles.
  9. Méfiez-vous de la sagesse conventionnelle et des médias. Faites plutôt confiance à vos recherches et vos observations.
  10. Connaissez-vous vous-même et apprenez de vos erreurs.

Version audio

Résumé complet

1/ Comment tout a commencé…

Jim Rogers a grandi dans la petit ville de Demopolis en Alabama.

A l’âge de 6 ans, en 1948, il a démarré un business de cacahuètes grillées. Grâce à un prêt de son père, Rogers a pu investir 100 dollars dans une machine à griller les cacahuètes qu’il a ensuite pu vendre à des matches de la « Little league » de Baseball.

Il travailla très dur et embaucha ses amis. En l’espace de 5 années, il avait remboursé le prêt de son père et cumulé une somme équivalente sur son compte en banque.

En grandissant un peu, Rogers a travaillé dans le magasin de son oncle et a vendu des sandwichs et du tabac à des ouvriers qui travaillaient dans une usine à proximité.

Son oncle était tellement satisfait de son travail qu’il lui a donné une augmentation sans que Rogers ait besoin d’en faire la demande.

Plus tard, il décrocha un job avec un promoteur et fit toujours en sorte d’être actif. Dès que Rogers manquait d’une compétence, il faisait en sorte de l’acquérir le plus rapidement possible. Son travail était si impressionnant que le promoteur lui apprit la charpenterie et la couverture.

Rogers a ensuite été admis à Yale et obtenu une bourse pour l’université d’Oxford où il est entré pour la première fois dans le Guinness des records en pratiquant l’aviron.

Il s’est spécialisé dans la gestion de fortune et l’âge de 30 ans, lui et son partenaire d’affaires George Soros ont co-fondé le Fond Quantum.

Rogers a ensuite pris sa retraite à 37 ans et décidé qu’il pouvait désormais poursuivre ses rêves. Il fit le tour du monde en moto parcourant ainsi plus de 160.000 kilomètres puis en voiture parcourant cette fois plus de 240.000 kilomètres ce qui lui a permis d’entrer par 2 fois dans le Guinness des records.

Il donna également des cours de finance, géra son propre portefeuille d’investissement et se remaria dans la soixantaine après un premier mariage infructueux. Avec sa femme, il vit désormais à Singapour. Et c’est en pensant à l’avenir de ses 2 filles que Rogers a écrit ce livre.

2/ Pensez d’abord à vous dans votre vie et pour vos investissements

De (trop) nombreuses personnes tenteront de vous dire ce que vous devez faire de votre vie.

Ecoutez les mais vivez votre vie comme vous l’entendez et prenez vos propres décisions. La plupart du temps, ce que les gens vous disent, n’est ni sage ni utile.

Rogers a payé le prix fort pour apprendre cette leçon en faisant confiance par erreur à l’opinion d’autres personnes au lieu de faire ses devoirs et de se forger sa propre opinion. Il a ainsi investi son argent sur les conseils de ces personnes ce qui s’est finalement révélé être une grave erreur de jugement et un investissement catastrophique.

Il a donc retenu la leçon en se promettant qu’à l’avenir, il ne ferait confiance qu’à son propre jugement.

Lorsqu’il avait 30 ans, Rogers a été invité à un dîner important parmi certains des plus éminents investisseurs de Wall Street. Alors qu’ils faisaient un tour de table afin que chacun puisse faire une recommandation d’achat d’action, il prit le parti de citer le nom d’une entreprise en difficulté (Lockheed).

Un investisseur se moqua de lui bruyamment mais avec le temps, Lockheed, qui était en phase de redémarrage après une période très compliquée, se révéla être en réalité un excellent investissement.

La sagesse conventionnelle est souvent appelée « bon sens », mais vous ne pouvez pas vous y fier. Lorsque Rogers a investi son argent dans Lockheed dans les années 1970, la plupart des gens n’investissaient pas dans les actions d’entreprises du secteur de la défense car le gouvernement américain était en phase de réduction des dépenses.

Le bon sens faisait tout simplement penser que Lockheed était un très mauvais investissement.

Pourtant, Rogers avait compris que la guerre du Vietnam avait sapé la force militaire américaine et qu’il faudrait bien la reconstruire. Et c’est en effet ce qui se produisit puisque le gouvernement reprit massivement les dépenses de Défense après l’éclatement du conflit Israélo-Arabe en 1973.

De la même manière, le pétrole était bon marché en 1970, à moins de 3 dollars le baril. Le bon sens consistait à penser que le cours du pétrole resterait bas, mais Rogers entreprit ses propres recherches et se rendit compte que la demande augmentait plus rapidement que l’offre.

En 1971, il investit dans le pétrole et il fit fortune lorsque le cours du pétrole remonta.

En 1978, alors que le cours du pétrole était élevé, de nombreux investisseurs se mirent à investir leur argent dans le pétrole. Rogers – qui avait continué de faire ses devoirs – revendit l’ensemble de ses investissements dans le pétrole. Et les prix chutèrent violemment quelques mois plus tard…

Dans les années 1980, Rogers décida qu’il était important de se renseigner sur la Chine afin de pouvoir y investir son argent. Bien sûr, la plupart de ses amis le lui déconseillèrent, le prenant clairement pour un illuminé.

Rogers fit le tour de Chine en voiture et put observer par lui même que les gens avaient la fibre entrepreneuriale et qu’ils étaient très travailleurs. Leur taux d’épargne était en moyenne de 33% soit 1/3 de leurs revenus annuels.

Il se rendit clairement compte que la Chine était alors en train d’abandonner le communisme pour plonger la tête la première dans le monde moderne du business. Cela lui était d’autant plus clair que l’apprentissage de langues étrangères comme l’anglais ou le japonais était incroyablement populaire à l’époque.

Ayant fait ses propres recherches, il en conclut que la Chine était sur le point de s’éveiller et de connaitre une période de croissance économique sans précédent. Et encore une fois, il avait raison…

La bulle internet des années 1990 éclata en grande partie parce que le bon sens avait accepté la notion de « Nouvelle Economie » sans une once d’esprit critique. Pourtant, une bulle similaire avait déjà éclaté au Japon dans les années 1980 alors que tout le monde pensait à l’époque que le marché japonais ne pouvait que monter inexorablement…

Par la suite, après une décennie de stagnation dans les années 1990, l’économie japonaise repartit de plus belle. Mais les gens s’étaient tellement habitués à voir le marché japonais déprimé qu’ils eurent beaucoup de mal à accepter l’idée que ce dernier puisse réellement reprendre sa marche en avant de manière durable.

Les investisseurs qui avaient acheté des actions sur le marché japonais en 2003 réalisèrent des performances remarquables de l’ordre de +100%.

Dans le monde des affaires, il est toujours crucial de faire attention aux détails. Comme le dit l’adage, « le diable se loge dans les détails », et cela est d’autant plus vrai dans le monde de l’investissement.

Par exemple, dans les années 1960, un analyste avait mis en garde le comité de direction de General Motors contre la concurrence à venir du Japon. Ce dernier avait clairement fait attention aux détails qui avaient été ignorés par la plupart des autres investisseurs.

Le comité de direction de General Motors ignora ses mises en garde mais force est de reconnaitre que les investisseurs qui avaient acheté des actions Toyota à l’époque furent beaucoup mieux lotis que ceux qui avaient investi en actions General Motors.

De la même manière, dans les années 1990, de nombreux investisseurs achetèrent des actions Sears mais ceux qui avaient bien fait leurs devoirs achetèrent plutôt des actions Wal-Mart. Inutile de préciser qu’il valait mieux opter pour la 2ème possibilité…

Parfois, le meilleur moyen d’entrer dans les détails est tout simplement d’aller directement à la source.

Le tour d’Algérie que Rogers fit en moto lui permit ainsi de se confronter directement à des situations économiques très spécifiques et l’aida clairement à prendre la décision d’investir ou non.

La plupart des gens accorde une attention particulière aux marchés haussiers mais pas suffisamment aux marchés baissiers. Rogers – en bon exemple de penseur contrarien – s’intéresse principalement aux marchés baissiers.

En 1998, lorsque les marchés de matières premières étaient au plus bas, il lança le Rogers International Commodity Index. Ce dernier quadrupla alors que dans le même temps, le S&P 500 ne monta que de +40%.

3/ Soyez attentif à l’évolution du reste du monde

Faites le tour du monde, voyagez car c’est pour vous le seul moyen de comprendre ce qui se passe véritablement dans le monde.

Tentez de nouvelles choses, expérimentez et éloignez-vous des sentiers battus. Ne vous comportez pas comme un touriste et ne soyez pas effrayé à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes dans les pays que vous visitez.

Les êtres humains fonctionnent tous « basiquement de la même manière », quels que soient leur garde robe ou leur langage. Lorsque vous voyagez, vous en apprenez beaucoup sur le monde mais également sur vous-même.

Actuellement, les pays à la mode sont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. En tant que voyageur du monde, Rogers pense que :

Le Brésil deviendra un meilleur investissement au cours de la prochaine décennie, en partie parce que le sucre est un composant important pour fabriquer de l’éthanol et que le Brésil est un gros exportateur de sucre. Pour autant, Rogers n’est pas spécialement convaincu par la monnaie brésilienne et son marché boursier.

En 1990, Rogers a fait le tour de l’Union Soviétique en moto et il a pris conscience à l’époque que le communisme était clairement en train de s’effondrer. Et en effet, l’URSS s’effondra 2 années plus tard. La Russie est aujourd’hui divisée et en déclin. La mafia y est bien trop puissante. Elle ne connait pas la même courbe ascendante que la Chine et Rogers n’y investit pas son argent.

L’Inde est en chantier. Ses autoroutes sont engorgées comme jamais. Le programme de privatisation n’avance pas et elle semble faire un pas en arrière chaque fois qu’elle tente d’avancer. Mais si l’Inde se résout un jour à régler ses problèmes avec méthode, elle constituera alors une opportunité sans précédent.

La Chine est un pays excitant pour un investisseur et occupera une place de plus en plus importante sur l’échiquier mondial.

RAPPEL : le livre a été publié en 2009 donc il se peut que certaines informations nécessitent une mise à jour -> comme le dit Rogers, faites vos devoirs et parcourez le monde pour vous faire votre propre idée !

Apprenez les langues étrangères pour être en mesure d’échanger avec des personnes d’autres pays. Aujourd’hui, le mandarin est l’une des langues les plus importantes au monde dans la mesure où la Chine est devenue la 1ère puissance économique mondiale.

Cependant, tous les investissements réalisés en Chine ne seront pas gagnants et le progrès sera interrompu à un moment ou à un autre. La Chine connaitra bientôt un atterrissage douloureux car son économie est en surchauffe et le surinvestissement est déjà présent dans certaines industries comme l’inflation dans l’immobilier.

En 1999, Rogers arrêta d’acheter des actions en Chine mais il y investit de nouveau en 2005, 2006 et 2008.

Lorsque vous commencez à lire des articles sur la surchauffe de l’économie chinoise, préparez-vous à investir car des opportunités ne manqueront pas de se présenter une fois les vagues de purge passées.

4/ Lorsque vous prenez vos propres décisions d’investissement, tournez votre regard vers des marchés où personne ne pense qu’il peut y avoir des opportunités.

Plus les gens évitent quelque chose, plus les opportunités risquent d’être intéressantes pour vous. L’inverse est bien sûr également vrai : plus les gens pensent que quelque chose est sans risque, plus vous devez vous montrer méfiant.

En tant qu’investisseur, ne pariez jamais sur le passé. Suivez l’actualité économique et financière et demandez-vous toujours ce que les événements présents signifient pour l’avenir.

Par exemple, les événements récents et les signaux sociétaux indiquent que les femmes vont prendre davantage de pouvoir dans le monde des affaires, en particulier en Asie. En partie, parce qu’il y a beaucoup plus d’hommes que de femmes en Chine et en Corée du Sud.

5/ Apprenez de l’histoire et de la philosophie

Etudiez l’histoire pour comprendre comment fonctionne le monde et comment les événements politiques affectent les matières premières et les marchés boursiers.

Rappelez-vous que ce sont les gagnants qui écrivent l’histoire donc ne vous contentez pas de lire une seule version des faits.

L’adage qui dit que l’histoire se répète est vrai la plupart du temps, du moins lorsque cela concerne des événements de nature économique. La révolution de l’internet a beaucoup en commun avec les révolutions précédentes comme le chemin de fer et la radio.

Etudiez la philosophie mais ne tombez pas dans le piège de l’intellectualisme. L’un des objectifs fondamentaux de la philosophie est de faire attention aux faits et d’en tirer vos propres conclusions.

Commencez par analyser les chiffres et les données à votre disposition.

Par exemple, les marchés boursiers haussiers et les marchés haussiers de matières premières alternent en cycles qui durent en moyenne 15 à 25 ans. Le marché haussier actuel des matières premières a débuté en 1999 donc il devrait s’achever quelque part entre 2014 et 2022.

Ce type de prévision est basé sur l’observation ou ce que l’on appelle l’induction. La pensée basée sur la logique ou la déduction fonctionne différemment.

Par exemple, Kellogg’s commercialise des céréales ce qui requiert du grain. Lorsque le prix du grain monte, Kellogg’s génère moins de profit et son cours boursier chute. Ce mouvement de bascule explique pourquoi les marchés haussiers actions et matières premières ne se produisent pas en même temps.

Lisez les journaux et prêtez attention aux autres médias mais restez toujours sceptique en cultivant votre esprit critique. La grande majorité de ce que vous allez lire sera emprunt de ce fameux bon sens dont nous avons parlé précédemment. Faites vos propres recherches.

Comme le disait le général George Patton :

« Si tout le monde pense la même chose, alors c’est que plus personne ne pense. »

6/ Sur le travail et la vie en général

Lorsque Rogers se rendit compte qu’il aimait vraiment investir, il décida d’en faire sa carrière.

Il est convaincu qu’il n’aurait pu avoir autant de succès dans n’importe quel autre domaine. Sa passion pour l’investissement surpassait de loin son intérêt pour toutes les autres disciplines.

La leçon tirée par Rogers est que la pire chose que vous puissiez faire est d’exercer un métier que vous détestez. Si vous aimez jardiner, cuisiner ou danser, alors pensez à ouvrir un magasin de jardinage, un restaurant ou un studio de danse.

Si vous aimez votre travail, vous serez heureux et l’argent ne peut acheter cela.

Avant de prendre votre envol vers l’indépendance financière, souvenez-vous des conseils suivants :

  • Soyez digne de confiance et agissez avec éthique – Respectez toujours les lois du pays dans lequel vous investissez.
  • Vérifiez vos sources. Ne laissez pas vos émotions guider votre prise de décision.
  • Epargnez votre argent. Même si vos amis ont un train de vie dépensier.
  • Connaissez vos points forts et vos points faibles. Tout le monde fait des erreurs mais ce qui importe, c’est de les reconnaitre et d’apprendre d’elles.
  • N’ayez pas peur du changement. Accueillez-le. Les investisseurs qui prêtent attention au changement sont les plus performants. N’achetez pas seulement parce que le prix est bas mais parce que vous avez identifié une tendance qui peut le faire remonter. Si vous êtes dans les premiers à identifier cette tendance, alors vous pouvez faire de gros profits.
  • Créez votre propre chance. Les gens les plus chanceux sont aussi très souvent ceux qui travaillent le plus et qui sont les mieux informés. C’est la raison pour laquelle vous devez faire vos devoirs. Rogers a acheté un diamant sur le marché noir en Afrique et s’est rendu compte quelque temps plus tard que ce dernier était en réalité en verre. Il ne savait pas faire la différence entre les 2 métaux. C’est une expérience dont il se souvient fréquemment et lui a appris finalement à bon compte à investir uniquement dans les choses qu’il comprend vraiment.

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: