Avis aux millionnaires en herbe : attention à ne pas vous tromper d’objectif !

EFP_Millionnaires

C’est une dure réalité de la psychologie humaine : nous ne désirons jamais autant les choses que nous ne pouvons pas (encore) avoir.

Et dans le cas des finances personnelles, c’est une réalité qui trouve un écho particulièrement favorable.

Plus nous avons le sentiment de manquer d’argent, plus nous éprouvons le besoin oppressant d’en avoir.

Depuis la création de l’Ecole des Finances Personnelles, je ne compte plus les emails reçus de la part de centaines de personnes qui m’interrogent et me demandent comment faire pour devenir millionnaire.

Bien souvent, quand je cherche à creuser leur motivation, je me rends compte que ces personnes ont toutes un point commun : elles ont le sentiment de manquer d’argent.

Vous remarquerez que je ne dis pas qu’elles manquent effectivement d’argent mais qu’elles « ont le sentiment » de manquer d’argent ce qui est totalement différent.

C’est totalement différent parce que cela signifie une chose bien particulière : cela signifie que ces personnes projettent sur leur réalité une vision qui semble erronée.

Elles éprouvent une insécurité financière chronique qui n’a rien à voir avec l’ampleur de leur patrimoine ou des revenus qu’elles touchent.

Autrement dit, ce n’est pas leur situation de vie qui crée ce sentiment en elles mais au contraire leur manière d’interpréter leur propre situation de vie.

Les raisons peuvent être multiples et sont très souvent liées à leur éducation et les expériences de vie qu’elles ont eu jusqu’à présent.

Si vous avez grandi dans un environnement familial où l’argent manquait parfois, il se peut que vous entreteniez toujours cette croyance dans votre vie d’aujourd’hui. Même si cette dernière n’est bien sûr plus adaptée à la situation.

Parfois, il arrive malheureusement que vos parents (ou l’un des deux) éprouvent ce sentiment et qu’ils le transmettent alors involontairement à l’enfant que vous étiez alors même que le foyer ne manque objectivement pas d’argent.

Quand on y réfléchit bien, dire que l’on veut devenir millionnaire n’a pas de sens.

Pourquoi ? Tout simplement parce que dans ce cas, nous privilégions le résultat au chemin pour y parvenir.

Nous fixons notre objectif à l’extérieur de nous et faisons dépendre notre équilibre personnel des conditions extérieures.

Et c’est une très mauvaise idée.

C’est une très mauvaise idée parce que le rêve du million ressemble davantage à un fantasme impossible à atteindre.

(Et il y a d’ailleurs de fortes chances que nous ayons fixé cet objectif dans l’espoir inconscient de nous planter)…

C’est une très mauvaise idée parce que la quête du million part du postulat « qu’une fois que j’aurai beaucoup d’argent sur mon compte en banque, tous mes problèmes disparaitront et je serai alors beaucoup plus heureux qu’avant ».

(Et que l’argent n’a rien à voir avec votre faculté à apaiser vos tourments intérieurs ou à créer du lien social)…

C’est une très mauvaise idée parce que l’objectif du million ressemble davantage à une contre-attaque visant à vouloir nous extraire d’une situation présente qui ne nous satisfait pas.

(Et que vous êtes bien plus efficace dans l’atteinte de vos objectifs lorsque vous les formulez positivement et spécifiquement)…

Quand on se fixe un objectif aussi ambitieux voire démesuré, on en oublie qu’il faut ensuite accepter d’en payer le prix.

Et plus l’objectif est élevé, plus le prix à payer est élevé.

Malheureusement, la marche est bien souvent beaucoup trop haute à franchir et l’esprit humain est ainsi fait que nous nous décourageons très facilement si nous avons le sentiment que les choses ne se passent pas comme nous le souhaitons rapidement.

L’objectif du million n’en est pas un.

Pour maximiser vos chances de succès, vous devez faire en sorte que vos objectifs soient sous votre contrôle.

Devenir millionnaire n’est pas un véritable objectif car il n’est pas directement sous votre contrôle.

Pourquoi ? Parce que devenir millionnaire est un résultat, pas un effort.

Pour être sûr d’atteindre vos objectifs, vous devez décider d’actions qui dépendent directement de votre périmètre de contrôle.

Plutôt que de vouloir devenir millionnaire, vous pouvez par exemple vous fixer comme objectif d’investir dans deux biens immobiliers par an pendant 5 ans. Et voir où cela vous mène.

L’objectif (justement) c’est d’y aller progressivement. Par étape.

De faire les choses petit à petit. Les unes après les autres.

Et en prenant le temps de faire un point chaque fois que vous relancez le processus de l’investissement.

Pour vous améliorer et progresser dans votre démarche.

Pour rester motivé parce que chaque fois que vous concluez un deal, c’est une nouvelle pierre à l’édifice de votre indépendance financière que vous ajoutez.

Pour prendre du plaisir à ce que vous faites et éviter de considérer votre quête du million comme une croisade contre vous-même.

Et qui sait, peut-être qu’un jour ferez-vous vôtre la morale de la fable du pêcheur mexicain :

Dans un petit village mexicain, un Américain avise un pêcheur en train de faire la sieste et lui demande : pourquoi ne restez-vous pas en mer plus longtemps ?

Le Mexicain répond que sa pêche quotidienne suffit à subvenir aux besoins de sa famille. L’Américain demande alors :

Que faites-vous le reste du temps ?

Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme, je vais voir mes amis, nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie.

L’Américain l’interrompt :

Suivez mon conseil : commencez par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices, vous achèterez un gros bateau, vous ouvrirez votre propre usine, vous quitterez votre village pour Mexico, puis New York, d’où vous dirigerez vos affaires.

Et après ? interroge le Mexicain.

Après, dit l’Américain, vous introduirez votre société en Bourse et vous gagnerez des millions.

Des millions ! Mais après réplique le pêcheur.

Après vous pourrez prendre votre retraite, habiter un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, passer votre soirée à boire et à jouer de la guitare avec vos amis.

Dans le cadre du Séminaire de l’EFP, je consacre 2 modules entiers à la psychologie et à la relation à l’argent.

Vous y découvrez notamment :

  • Les principaux freins qui peuvent vous empêcher de vous sentir libre financièrement (et qui n’ont rien à voir avec votre faculté à gagner de l’argent)…
  • Les comportements déviants et les pathologies relatives à l’argent (oui, même celles que notre société considère comme « normales » et comment en sortir)…
  • Les croyances limitantes qui vous emprisonnent et ont un impact redoutable sur votre vie financière (et comment en finir une bonne fois pour toutes)…
  • La méthode scientifiquement prouvée pour vous aider à fixer vos objectifs de manière efficace (tout en préservant votre équilibre de vie)…

Cliquez ici pour vous inscrire tout de suite…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: