Devenir riche : et si la véritable récompense était ailleurs ?

devenir riche EFP

Difficile de trouver un sujet plus controversé et tabou que celui de l’argent.

D’un côté, vous trouvez ceux qui même sans se l’avouer consacrent tout leur temps et toute leur énergie à gagner de l’argent. Au détriment de leurs proches et d’autres aspects tout aussi essentiels de leur vie.

Ils rament, ils triment, ils se consacrent tout entier à leurs activités lucratives pour faire rentrer l’argent. Et un jour ou l’autre, ils se transforment eux-mêmes en machines à fric.

Robotisés et déshumanisés. Vidés de leur énergie de vie parce qu’ils ont trop longtemps négligé les plaintes de leur enfant intérieur qui se sent oublié et délaissé.

De l’autre côté, vous trouvez ceux qui se rebellent contre le système. Qui trouvent qu’il y a des choses plus importantes dans la vie que l’argent. Qui ne veulent surtout pas en entendre parler.

Car l’argent, c’est le mal absolu. Et ceux qui en gagnent beaucoup sont forcément des pervers malhonnêtes qui ont dû mentir, manipuler, voler ou même tuer pour en arriver là.

À ces gens-là, il vaut mieux éviter de parler d’argent. Dans le cas contraire, vous êtes automatiquement catalogué, étiqueté et il y a de fortes chances que la discussion se termine par des insultes.

On vous l’a dit, l’argent c’est mal et ceux qui veulent devenir riche feraient bien de commencer une thérapie pour comprendre à quel moment de leur histoire personnelle ils ont dérapé.

Pourtant, rien ne vous oblige à « choisir votre camp » si radicalement. Vouloir devenir riche n’est pas mauvais en soi.

Le problème, c’est quand on oublie que c’est un objectif qui ne dépend pas de nous.

99% des gens qui se fixent l’objectif de devenir riche oublient qu’en agissant de la sorte, ils se fixent un objectif extérieur à eux-mêmes.

Ils veulent telle somme d’argent sur leur compte en banque et partent à la recherche de la meilleure technique pour gagner cette somme le plus rapidement possible.

Ils écument les livres et les formations qui vendent des méthodes toutes faites et tentent de les appliquer bon gré mal gré dans leur vie financière. Parfois, cela marche. Quelques temps. Mais le plus souvent, cela ne marche pas sur la durée.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces gens ne se sont pas fixés le bon objectif et font dépendre leur propre réussite de la qualité ou de l’ingéniosité de la méthode qui leur a paru la plus efficace.

Le problème quand on raisonne ainsi, c’est qu’on se déresponsabilise et qu’on ne s’approprie pas notre réussite.

Telle personne est devenue riche en appliquant la méthode de telle autre personne ? Tant mieux pour elle. Pas sûr pourtant que cette dernière en ressente sincèrement une fierté personnelle quelconque.

Quand on se dit qu’on aimerait devenir riche, on doit surtout comprendre que l’objectif sous-jacent qui dépend véritablement de nous, c’est notre faculté à cultiver les qualités et les compétences qui vont nous permettre d’atteindre notre objectif final.

La subtilité, c’est que l’objectif final ne doit pas être considéré prioritairement mais simplement comme la résultante (in)volontaire des sous-objectifs que nous nous sommes fixés personnellement et qui – eux – dépendent effectivement de nous.

Les études les plus variées sur l’enrichissement montrent toutes – à des degrés divers – que la qualité principale des riches ou des futurs riches tient à leur auto-discipline et à leur faculté de pratiquer la gratification différée.

Et les leçons à tirer des livres sélectionnés par l’Ecole des Finances Personnelles n’échappent pas à la règle. Que vous décidiez de lire « The Millionaire Fastlane » de MJ De Marco, « The Millionaire Next Door » de Thomas J. Stanley et William D. Danko, « Père riche, père pauvre » de Robert Kiyosaki ou encore « L’homme le plus riche de Babylone » de George S. Clason, etc.

L’erreur principale que commettent les gens qui se lancent dans l’aventure de l’enrichissement est de se concentrer sur ce qui a été accumulé par leurs mentors ou les personnes qu’elles admirent. Ce qui tôt ou tard achève de les décourager ou les pousse à adopter des comportements addictifs voire destructeurs.

Non, les riches ne sont pas tous des gens malhonnêtes ou des truands sans scrupule. La plupart des millionnaires, ce sont des riches de première génération qui se sont faits tout seuls et ont construit leur patrimoine à la sueur de leur front. Des personnes droit dans leurs bottes qui vivent en accord avec leurs valeurs d’autonomie et d’humilité.

Les 2 sous-objectifs principaux que vous devriez vous fixer pour devenir riche sont de cultiver votre auto-discipline et votre faculté de retarder la gratification immédiate.

2 composantes de l’intelligence émotionnelle qui permettent non seulement à ceux qui réussissent de devenir riche mais surtout qui vous donneront la chance de transformer votre personnalité en la complexifiant.

L’auto-discipline, c’est votre faculté à adopter les bonnes habitudes et SURTOUT à les tenir sur la durée.

Tout le monde est en mesure de lister ces bonnes habitudes et la littérature sur le sujet ne manque pas. Ce qui fait la différence en revanche, c’est votre faculté à les tenir sur la durée. Et ça, personne ne peut le faire pour vous.

La gratification différée, c’est votre faculté à accepter une petite frustration maintenant dans l’optique d’une récompense à long terme supérieure.

Une sorte de raisonnement de financier : j’investis un peu de frustration maintenant et je fais en sorte d’obtenir un retour sur frustration positif dans quelques temps.

C’est un risque – car rien n’est jamais garanti dans la vie – que vous acceptez de prendre pour améliorer votre vie sur le long terme.

Et ne vous y trompez pas. La véritable récompense qui vous attend au bout du chemin n’est pas tant matérielle que spirituelle.

Car en traçant votre route vers la richesse, vous serez devenu une personne différente. Vous vous serez transformé vous-même à travers les rencontres et les épreuves que vous aurez traversées.

Vous aurez une meilleure estime de vous-même et cela vous rendra plus heureux et plus sûr de vous.

Vous aurez en quelque sorte accompli une transformation intérieure qui vous permettra de construire et de vous reconstruire quels que soient les événements extérieurs.

Une alchimie des temps modernes, en quelque sorte…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: