Ferez-vous partie des investisseurs de demain ?

influence silencieuse

Il ne vous a sans doute pas échappé que le lien entre l’économie réelle et les marchés financiers est aujourd’hui rompu.

Le taux de croissance de la production de biens et de services tourne au ralenti depuis près d’une dizaine d’années maintenant.

Dans le même temps, le volume des actifs financiers dans le monde s’est étendu de manière impressionnante à un rythme ininterrompu. A l’heure actuelle, le volume total d’actifs financiers dans le monde représente plus de 10 fois la valeur de la production totale de biens et de services.

Et il y a de fortes chances que les marchés poursuivent ainsi leur expansion encore un certain nombre d’années conduisant l’environnement économique à une surabondance de capital.

En dépit d’une croissance faible voire inexistante, les forces fondamentales qui ont conduit à une augmentation exponentielle du bilan de l’économie mondiale depuis les années 1980 à savoir l’innovation financière, le trading à haute fréquence et le levier financier sont toujours omniprésentes. A cela, il faut désormais ajouter la présence croissante des marchés financiers chinois et indiens notamment qui sont les exemples les plus représentatifs de l’expansion des secteurs financiers des pays émergents.

Ce changement de paradigme a dans un premier temps eu pour effet de paralyser la plupart des acteurs du monde financier. Les larges flux financiers ainsi créés ont en effet conduit à la formation de dangereuses poches de capital sur certains marchés alors que d’autres étaient véritablement délaissés au point de voir apparaître des primes de risque particulièrement prohibitives.

Paralysés par une situation qui leur était inconnue, les acteurs du monde de l’investissement ont d’abord affiché leur préférence pour la liquidité et les métaux précieux. Mais dans des conditions économiques et financières nouvelles et qui semblent devoir perdurer, il apparaît désormais vital pour l’investisseur de modifier ses attentes, d’acquérir de nouvelles compétences en matière d’anticipation et de gestion du risque tout en apprenant à faire preuve d’une discipline d’investissement à toute épreuve.

L’investisseur individuel va désormais devoir faire face à 8 nouveaux enjeux de taille pour investir avec succès.

Enjeu # 1 : Le taux de rendement

Le premier enjeu en question est celui du taux de rendement.

Une période prolongée de surplus de capital est caractérisée par de faibles taux d’intérêt, une forte volatilité et des rendements nets limités.

Pour s’adapter à ces nouvelles conditions, l’investisseur va devoir revoir à la baisse ses objectifs de rendement.

Dans le cas contraire, ce dernier sera condamné à attendre perpétuellement que de meilleures opportunités puissent enfin se matérialiser.

Enjeu # 2 : Le risque de bulle spéculative 

La surabondance de capital augmentera la fréquence, l’intensité, la taille et la durée des bulles d’actifs. 

Cette propension à voir des bulles spéculatives se former sera alimentée considérablement par les investisseurs qui chercheront à générer des rendements supérieurs en investissant des capitaux excessifs dans des actifs à fort potentiel.

Des économies entières pourront être affectées par l’éclatement de ces bulles en raison de leur double exposition (financière et réelle) dans le cas par exemple des matières premières.

Enjeu # 3 : L’investissement dans les pays émergents

Le troisième enjeu majeur pour l’investisseur consistera à prendre le virage de l’investissement dans les pays émergents.

Les systèmes financiers de ces pays manquent bien souvent de liquidité, de profondeur et de largeur et ils ont besoin de développer la confiance dans leur force de travail, la transparence de leur législation et la stabilité de leur politique intérieure pour attirer les capitaux du monde entier.

Enjeu # 4 : Le très long terme plutôt que le court terme 

Le quatrième enjeu important demandera à l’investisseur de privilégier le très long terme au détriment du court terme.

La recherche de rendement ayant pour conséquence la création de poches de capital, la diversification des investissements sera un exercice extrêmement périlleux à réaliser.

En effet, les classes d’actif qui avaient pour habitude d’être corrélées négativement les unes aux autres ont fini par converger dans la même direction.

Dans les prochaines années, l’investisseur va devoir allonger son horizon temporel pour diversifier correctement ses investissements et obtenir de solides rendements.

La plupart des opportunités d’investissement que l’investisseur aura à identifier nécessiteront un travail de recherche et d’analyse approfondi et une patience à toute épreuve.

Les investisseurs qui réussiront seront ceux qui auront su développer de nouvelles compétences pour apprendre à naviguer dans un monde au capital surabondant.

Enjeu # 5 : Apprendre à investir dans un environnement aux rendements faibles

La surabondance de capital aura pour conséquence l’érosion des rendements de l’ensemble des actifs – quelle que soit leur catégorie – ce qui mettra les investisseurs aux prises avec 2 choix possibles : revoir à la baisse leurs attentes ou accepter de prendre des risques supplémentaires.

Ce dernier choix aura pour conséquence l’augmentation du cours des actifs et la formation de bulles spéculatives toujours plus fortes en intensité et plus fréquentes.

Les investisseurs les plus brillants auront la possibilité de saisir les opportunités que leurs pairs moins performants ne verront pas.

Prendre des risques supplémentaires pourra s’avérer être lucratif pour ceux qui auront développer les compétences nécessaires pour évaluer le risque de manière satisfaisante.

Ceux qui ne le pourront pas risquent tout simplement de se retrouver ruinés.

Enjeu # 6 : Se concentrer sur l’horizon lointain

Dans la mesure où le capital s’accumule dans l’ensemble des classes d’actifs, les investisseurs perdent à la fois les bénéfices de la diversification et les rendements qui proviennent d’une allocation entre actifs risqués et actifs moins risqués.

Ceux qui profiteront du faible coût du capital pour abaisser leur objectif de taux et allonger leur horizon de temps pourront espérer bénéficier de nouveau des deux.

Enjeu # 7 : Prendre la création de valeur comme objectif, pas seulement le cash

Les principes fondamentaux de l’expertise et du développement de réseau permettront à l’investisseur de se créer un accès privilégié aux investissements les plus rentables.

L’investisseur devra faire en sorte de réfléchir sur le long terme comme un véritable entrepreneur.

Le court terme n’aura plus sa place dans un monde où les rendements seront limités.

Enjeu # 8 : Prendre le temps d’analyser les due diligence et les rapports financiers

La compétence la plus critique pour les investisseurs sera d’être en mesure de détecter les opportunités très tôt, et d’être en mesure de tester leurs hypothèses à travers un processus rigoureux d’analyse.

Les investisseurs qui réussiront seront ceux qui auront été capables de développer une véritable expertise qui leur permettra l’accès à des actifs réellement sous évalués et au potentiel indéniable.

Comme le dit John Maynard Keynes :

« La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes. » – John Maynard Keynes

Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: