Impôts : pourquoi le saut de tranche devrait vous réjouir (plutôt que de vous faire peur)

EFP_Saut_de_tranche

Cela vous est sûrement déjà arrivé : entendre quelqu’un de votre entourage exprimer sa crainte de sauter une tranche.

Vous vous rendez compte, quel intérêt de gagner des revenus complémentaires si c’est pour payer plus d’impôts dessus ?

A la sueur de votre front, vous faites les efforts pour mieux gagner votre vie et mettre vos proches à l’abri du besoin et le résultat, c’est quoi ? Subir une perte nette de revenus après impôt ?

Et votre interlocuteur de poursuivre sa diatribe sur l’injustice du modèle de redistribution à la française qui profite toujours aux mêmes et pénalise le travail et les plus méritants.

Pourtant, si notre système d’imposition est effectivement (très) très loin d’être parfait, il mérite tout de même qu’on lui accorde l’attention nécessaire pour bien en comprendre le fonctionnement.

En réalité, la crainte du saut de tranche (et la frustration qui l’accompagne ensuite) n’ont pas de raison d’être.

Pourquoi ? Tout simplement parce que notre système d’imposition à la française est un système basé sur les tranches d’imposition.

La tranche d’imposition dans laquelle se trouve votre revenu imposable, c’est ce que l’on appelle la « tranche marginale d’imposition ». Ce sont donc des taux marginaux qui s’appliquent à la fraction du revenu comprise dans chaque tranche.

Et la tranche marginale d’imposition ne touche au final que la fraction de revenus qui dépasse un certain montant.

C’est pour cette raison que vous ne devez pas craindre le saut de tranche. Car dans le cas contraire, cela revient à ne surtout pas vouloir gagner plus de revenus. Et vous en conviendrez, il y a des objectifs plus ambitieux dans la vie…

Si cela n’est pas encore suffisamment clair pour vous, vous allez mieux comprendre avec le principe suivant…

Vous ne devez jamais confondre votre taux marginale d’imposition avec votre taux moyen d’imposition.

Nous venons de le voir ensemble, le taux marginal d’imposition, c’est le taux qui s’applique à la fraction de revenu comprise dans chaque tranche. Car le barème de l’impôt sur le revenu comporte 5 tranches qui changent presque chaque année et qui vont de 0% à 45% par exemple en 2015.

Le taux moyen d’imposition, c’est le taux que vous allez payer en faisant le rapport entre le montant total de votre impôt et le montant total de vos revenus.

A ce stade, vous commencez à comprendre que ces 2 taux n’ont en réalité rien à voir l’un avec l’autre.

Prenons un exemple pour enfoncer le clou définitivement.

Imaginons le cas d’un homme célibataire qui dispose d’un revenu imposable net de 50.000 euros en 2015.

Son taux marginal d’imposition est de 30% car sa tranche de revenu est située entre 26.765 euros et 71.754 euros.

Mais cela ne veut pas dire que notre malheureux contribuable va devoir payer 30% d’impôt sur le revenu.

En réalité, vous devez faire le calcul de son impôt tranche par tranche pour parvenir au bon résultat.

En fonction du barème progressif de l’impôt, vous obtenez ainsi :

  • 0% sur la tranche inférieure à 9.690 euros
  • 14% sur les revenus compris entre 9.691 euros et 26.764 euros soit 14%*(26.764 – 9691) = 2.390 euros
  • 30% sur les revenus compris entre 26765 euros et 50.000 euros soit 30%*(50.000 – 26.765) = 6.970 euros

Ce qui donne au total : 2.390 + 6.970 = 9.360 euros soit un taux moyen d’imposition d’environ 19%.

C’est déjà pas mal me direz-vous. Certes, mais on est quand même bien loin des 30% d’imposition de tout à l’heure.

Et surtout, vous constatez par vous-même que le système d’imposition n’a pas vocation à vous décourager dans la perspective de générer des revenus complémentaires.

Changer de tranche implique de payer plus d’impôt sur les revenus marginaux que vous allez générer en complément.

Et s’il n’est jamais agréable d’être imposé sur des revenus complémentaires, ne perdez pas de vue que vous gardez dans votre poche une bonne partie de ces revenus une fois que l’Etat s’est servi.

  • A 14%, vous gardez 86% des revenus compris dans la tranche.
  • A 30%, vous gardez 70% des revenus compris dans la tranche.
  • A 41%, vous gardez 59% des revenus compris dans la tranche.
  • A 45%, vous gardez 55% des revenus compris dans la tranche.

Désagréable certes, mais pas de quoi stopper définitivement le processus de votre enrichissement…

Dans le cadre du Séminaire de l’EFP, vous apprenez à générer des revenus complémentaires et à minimiser l’impact de la fiscalité sur ces revenus.

Vous y découvrez notamment :

  • Les différents types de revenus que vous pouvez générer en complément de votre activité professionnelle (et qui vous permettent de gagner progressivement votre indépendance financière)…
  • Le mécanisme général de l’impôt en France et dans la plupart des pays de l’OCDE (et les rouages que vous devez maitriser pour minimiser votre fiscalité le plus possible)…
  • Les trucs et astuces à connaitre pour investir votre argent tout en minimisant votre impôt (et comment réussir à faire coup double légalement et facilement)…
  • Le système financier qui vous permet d’intégrer la croissance de vos revenus à votre plan financier de long terme tout en gardant la fiscalité sous contrôle (et éviter de céder aux sirènes des produits de défiscalisation qui vont à l’encontre de vos intérêts dans 99% des cas)…

Cliquez ici pour vous inscrire tout de suite…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: