Indépendance financière : comment débuter l’aventure ?

indépendance_financière_EFP

Nos parcours de vie en société ne sont bien souvent pas très originaux.

Lorsque nous sommes bébés, nous allons à la crèche. Puis nous grandissons et découvrons l’école maternelle, l’école primaire, le collège et le lycée.

Le parcours scolaire est le même pour tous. On apprend à calculer, à soustraire, à diviser. On apprend à s’exprimer – à l’oral et à l’écrit – la ponctuation, la grammaire et l’orthographe.

On apprend les bases de la physique, de la chimie, on fait des expériences.

Et à un moment donné de notre parcours, on passe des tests d’une importance plus ou moins capitale pour la suite de notre progression dans le système scolaire.

Plus le temps passe, et plus on se focalise sur la réussite de ces tests. On en oublie le plaisir de la découverte et de l’apprentissage. Et on s’autorise à tout oublier une fois le test passé. Après tout, quelle importance puisque l’objectif de progression est atteint ?

Suivent ensuite les études secondaires et l’entrée dans le monde professionnel où l’on apprend à écrire un CV et à réussir un entretien d’embauche.

Le problème quand on suit le parcours classique de la réussite, c’est qu’on apprend à gravir les échelons sans se poser les bonnes questions. Celles que la plupart d’entre nous trouveront inutiles ou ridicules alors qu’elles sont essentielles pour vivre sa vie librement et consciemment.

Lorsqu’on suit le parcours classique de la réussite, on ne se demande jamais pourquoi le monde fonctionne de cette manière. Personne ne s’intéresse vraiment à cette question. On se demande quoi faire et où le faire. Mais on ne se demande pas pourquoi.

Pourquoi utilise t-on la monnaie comme moyen d’échange (et non le troc ou les promesses) ?

Pourquoi vivons-nous dans des maisons (plutôt que sur des bateaux ou dans des voitures) ?

Pourquoi travaillons-nous jusqu’à 65 ans avant de prendre notre retraite ?

Tandis que dans le même temps, nous subissons les injonctions de la pression sociale :

« Vous auriez intérêt à prendre date sur un contrat d’assurance-vie avant 30 ans sur lequel épargner 15% de vos revenus… »

« Vous devriez acheter votre résidence principale le plus vite possible pour éviter de gaspiller votre argent en payant des loyers… »

« Qu’attendez-vous pour vous marier ? Il est bien connu que les propriétaires mariés sont plus prospères financièrement que les couples en union libre… »

Parfois, on se rend bien compte que quelque chose ne tourne pas rond.

Qu’on accepte ces « vérités philosophiques » sans chercher à les remettre en cause et sans que personne n’ait pris le temps de nous expliquer le « pourquoi des choses ».

Qu’on aimerait sans doute mener notre vie différemment mais on ne sait pas vraiment comment s’y prendre.

L’aventure de l’indépendance financière commence au stade du questionnement.

L’important n’est pas de savoir comment devenir riche, mais pourquoi vous voulez devenir riche.

L’important n’est pas de savoir comment prendre votre retraite à 40 ans, mais pourquoi vous voulez prendre votre retraite plus tôt.

L’important n’est pas de savoir comment devenir propriétaire immobilier, mais pourquoi vous voulez devenir propriétaire.

Se lancer dans l’aventure de l’indépendance financière, c’est une sorte de redécouverte du monde.

Un moyen de mieux comprendre ce qui est important pour vous en imaginant comment l’atteindre sans nécessairement faire comme tout le monde.

Un peu à la manière d’un enfant qui découvre son environnement et qui questionne sans arrêt ses parents sur le pourquoi du comment.

« Dis papa, pourquoi les choses sont comme ça… »

« Et ça, pourquoi ça marche comme ça ? »

L’indépendance financière, ce n’est vraiment pas qu’une question d’argent.

C’est avant tout une question d’état d’esprit. Une manière de remettre en cause le statu quo en voulant maximiser son propre bien-être – le vrai cette fois, pas celui qui est manufacturé par l’économie de marché – en acceptant de sortir du cadre.

La première étape pour gagner son indépendance financière, ce n’est ni la gestion de budget, ni l’investissement.

Ce sont bien sûr des compétences que vous devez acquérir ensuite. Mais pas dans un premier temps.

Le fondement même de l’indépendance financière, c’est votre faculté à penser de manière créative.

À envisager les choses autrement. Et à ne pas faire « comme tout le monde » uniquement parce que c’est plus confortable de ne pas aiguiser son esprit critique.

À « faire de sa vie une oeuvre d’art » pour reprendre une expression chère à Nietzsche.

Et ce travail de réflexion, personne ne peut le faire pour vous.

C’est un travail d’introspection qui ne peut se faire que dans le cadre de votre solitude.

Une solitude joyeuse et féconde qui vous permettra de poser les bases de votre vie présente et future.

Pour gagner son indépendance financière, il faut apprendre à se libérer des conventions et du prêt à penser. Faire le tri entre ce qui est vraiment utile pour être libre et ce qui ne l’est pas.

Et vos croyances sur l’argent n’échappent pas à la règle.

Gagner plus d’argent – par exemple – n’est pas votre priorité de départ quand vous vous lancez dans l’aventure de l’indépendance financière.

Si vous mettez plus d’essence dans un réservoir percé, vous n’irez pas plus vite et vous continuerez de faire du surplace.

En acceptant de comprendre pourquoi votre réservoir est percé et comment y remédier de manière durable, vous mettez alors toutes les chances de votre côté pour devenir le candidat idéal à l’indépendance financière.

Peu importe finalement que vous génériez des revenus passifs de 2000€ ou 10.000€ par mois pourvu que ces derniers comblent vos désirs essentiels…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: