(In)dépendance financière : le poids des mots, le choc du cerveau

Mot_EFP

La différence entre un candidat à l’indépendance financière et un candidat à la dépendance financière ne tient pas à grand chose.

A dire vrai, cela n’a même rien à voir avec le capital de départ ou le niveau de salaire. Le diplôme non plus. Et le quotient intellectuel encore moins.

La différence entre une personne qui luttera financièrement toute sa vie et une personne qui bâtira pierre après pierre son édifice patrimonial relève pour certains du détail. De l’anecdotique même. En un mot, du banal.

Ce qui fait la différence, ce sont les mots que vous utilisez.

Les mots qui décrivent votre manière de penser et de voir le monde. Les mots qui forment vos attitudes. Et vos attitudes qui forment elles-mêmes votre réalité.

Toutes les situations de vie ne se valent pas, et certaines sont plus dramatiques que d’autres. Mais certaines attitudes ont en commun des résultats prévisibles.

Dire par exemple que vous ne serez jamais riche en dit plus long sur votre état d’esprit général que sur votre situation financière à venir. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’en vous répétant ce mantra quotidiennement, vous risquez fort de finir par avoir raison.

Si vous dites que l’argent ne vous intéresse pas, alors vous ne permettez pas à l’argent de faire partie de votre vie. Et l’argent vous fuit. Parce que vous ne lui accordez pas la place qui est la sienne en négligeant votre vie financière.

Le choix des mots n’est pas anodin. Il est le révélateur de vos croyances. Que ces dernières soient positives ou négatives.

Lorsque vous dites que l’investissement est risqué, vous tournez plus ou moins consciemment le dos à la discipline investissement. Et vous ne cherchez pas à en savoir plus pour prospérer financièrement.

Pourtant, l’investissement n’est qu’un mot. Sa définition même n’implique pas nécessairement la notion de risque. Après tout, la définition donnée par le Larousse est assez neutre :

« Investissement : Décision par laquelle un individu, une entreprise ou une collectivité affecte ses ressources propres ou des fonds empruntés à l’accroissement de son stock de biens productifs […] »

Le choix des mots est le révélateur de vos perspectives et de vos attitudes par rapport à l’argent. Un candidat à l’indépendance financière choisit ses mots en fonction des horizons qu’ils lui ouvrent. Un candidat à la dépendance financière utilise des mots qui les lui ferment.

Le problème quand on choisit mal ses mots, c’est qu’on se ferme les portes de la connaissance. Et la connaissance commence avec les mots.

Les mots sont le révélateur de votre état d’esprit. Mais ils en sont également le moteur principal. Les mots sont comme des cercles : ils révèlent votre état d’esprit et le façonnent en retour. C’est un flux régulier et incessant. Vicieux ou vertueux, il renforce votre vision du monde. Pour un mal. Ou pour un bien.

Les mots ne sont pas très différents des intérêts composés.

Le cercle vertueux des intérêts composés, c’est lorsque votre capital produit des intérêts que vous réinvestissez ensuite pour faire croitre votre capital et produire de nouveaux intérêts.

Le cercle vicieux des intérêts composés, c’est lorsque votre capital est rongé par les frais de gestion annuels qui vous coûtent plus que le rendement du capital investi et grignotent progressivement ce même capital investi.

Le cercle vertueux des mots, c’est lorsque votre cerveau produit des attitudes positives et que ces attitudes positives vous font choisir les mots qui vont renforcer vos attitudes et permettre à votre cerveau d’accroitre ses possibilités.

Le cercle vicieux des mots, c’est lorsque votre cerveau est rongé par les mots négatifs qui façonnent vos attitude négatives et que ces attitudes négatives finissent par limiter les possibilités de votre cerveau.

La différence entre un candidat à l’indépendance financière et un candidat à la dépendance financière, ce sont les mots qu’il choisit pour s’exprimer.

Un candidat à la dépendance financière dira qu’il ne sera jamais riche, qu’il ne s’intéresse pas à l’argent ou que le gouvernement devrait prendre soin du bon peuple.

Un candidat à la médiocrité financière dira qu’il a un emploi sécurisé et bien rémunéré, que sa résidence principale est son actif principal et qu’il investit tout son argent dans un portefeuille bien diversifié d’actions, d’obligations et de fonds communs de placement.

Un candidat à l’indépendance financière dira qu’il cherche à acquérir des actifs qui génèrent des revenus passifs et que son entreprise travaille pour lui et non l’inverse.

La quête de l’indépendance financière ne commence pas avec un héritage ou un capital de départ conséquent.

La quête de l’indépendance financière commence par vous.

Par votre faculté à comprendre votre responsabilité dans les mots que vous utilisez et les attitudes que vous adoptez.

Par votre propension à accepter de regarder à l’intérieur de vous AVANT de vous pencher sur ce qui se passe à l’extérieur.

Par votre soif de découverte et de connaissance quitte à remettre en cause les certitudes sur lesquelles vous avez fondées votre vie jusqu’à présent.

L’indépendance financière, ce n’est pas qu’une question d’argent.

C’est avant tout une question d’état d’esprit. Une nouvelle ouverture sur le monde qui vous permettra d’élargir vos horizons.

Parce que l’enrichissement matériel n’est au final que la conséquence de votre propre transformation intérieure.

Une transformation intérieure qui passe inévitablement par le choix des bons mots…

Allez plus loin et cliquez ici pour vous inscrire tout de suite au Séminaire de l’EFP…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: