Indépendance financière : le temps, c’est de l’argent

temps_argent_EFP

On imagine souvent que réussite professionnelle et réussite financière vont de pair.

N’entend-on jamais ce discours si bien huilé de nos aînés qui parlent de « la bonne situation » de telle ou telle personne ?

Ce discours répété à l’envie presque mécaniquement. Mélange de respect de façade et de jalousie souterraine parfois.

Les personnes qui réussissent leur carrière professionnelle deviennent les exemples à suivre.

Ces héros des temps modernes qui – d’une manière qui nous échappe totalement – parviennent si bien à gérer tous les aspects de leur vie. Sans jamais faire vaciller leur équilibre personnel.

Du moins en apparence.

Car entre le discours officiel et ce qui se passe en coulisses, il y a parfois un gouffre et ce n’est pas toujours très beau à voir.

Évidemment, l’objectif n’est pas de dénigrer la réussite professionnelle. Quitte à jouer le jeu, autant le jouer à fond et en faisant les choses bien.

Le problème, c’est lorsqu’on imagine que l’investissement colossal demandé par une carrière professionnelle de haut vol n’aura pas de répercussions dans d’autres domaines de notre vie.

Qu’il suffit de prendre exemple sur la réussite d’un autre pour faire pareil. Sans tenir compte de sa propre personnalité et ses propres besoins. 

Alors on se lance tête baissée dans une carrière exigeante qui demande 100% de notre énergie et de notre concentration.

(Et lorsque la barre des 100% est atteinte et dépassée, on fait un burn-out)…

On développe ses capacités et ses compétences dans UN SEUL domaine de notre vie qui nous permettra de passer pour un expert aux yeux d’un potentiel employeur.

(Et si nous développons les mêmes compétences que des centaines d’autres demandeurs d’emploi, la demande pour notre expertise chute et notre salaire stagne)…

On accorde toute notre attention à notre développement professionnel.

(Et on néglige l’apprentissage d’autres compétences qui nous permettraient de nous développer SANS avoir besoin de dépenser de l’argent)…

Car la véritable tragédie de l’homme moderne, ce n’est ni sa prétendue exploitation par les détenteurs du capital ni la faiblesse supposée de sa fiche de paie.

La véritable tragédie de l’homme moderne, c’est son incapacité à développer de réelles compétences en dehors du cadre professionnel.

Parce que lorsqu’on devient le fonctionnaire spécialisé d’une compétence professionnelle particulière, on n’apprend pas à développer d’autres compétences qui nous permettraient d’éviter de dépenser de l’argent.

Et on devient dépendant d’une seule source de revenus.

L’équation de l’indépendance financière n’a rien de sorcier. Elle s’articule autour des 2 variables clés que sont le temps et l’argent.

La variable « argent », tout le monde connait. Rien de bien compliqué à comprendre. L’indépendance financière, c’est lorsque vos revenus passifs excèdent vos dépenses.

Que vous génériez 2.000€ ou 10.000€ par mois n’a aucune importance, pourvu que vos revenus passifs couvrent vos besoins en dépenses.

Être riche ou non n’entre pas dans le cadre de la discussion. Ce qui importe ici, c’est la liberté que vous procure cette situation financière bien particulière que représente l’indépendance financière.

La variable « temps », on connaît moins. Pourtant, cette dernière pèse autant dans l’équation que la variable « argent ». Sinon plus.

La variable temps, c’est le temps que vous prenez pour développer d’autres compétences que vos compétences professionnelles.

Des compétences qui vont vous permettre d’éviter de dépenser de l’argent. D’économiser des dizaines, des centaines voire des milliers d’euros avec le temps.

Ces compétences, ce sont celles du particulier qui décide de construire sa maison en auto-construction. Qui prend une année sabbatique pour cela en acceptant de perdre une année de rémunération pour en gagner une vingtaine en crédit.

Ces compétences, ce sont celles du conducteur automobile qui – plutôt que de se lover dans le confort d’une voiture « tout confort » bourrée d’électronique – décide d’acheter sa voiture d’occasion et SANS électronique. Ce qui lui permet primo de perdre très peu d’argent à la revente et deuzio d’être capable de la réparer à moindres frais en cas de panne ou de casse.

Le problème de fond d’une économie de marché, c’est qu’on crée des problèmes là où il n’y en a pas.

Et qu’une fois que ces problèmes ont été créés, on passe notre temps de travail à tenter de financer leur solution. Alors que bien souvent, il suffit d’un peu de bon sens pratique et de réflexion.

Le développement de l’électronique et de la technologie est certainement une très bonne chose. Mais il faut reconnaitre que cela nous pousse parfois aussi à prendre des décisions d’achat difficilement compréhensibles d’un point de vue pragmatique.

Il est sans doute formidable d’acquérir un ouvre boite électrique et de faire « mumuse » avec son nouveau joujou.

Mais qu’on sait que le temps moyen passé à ouvrir une boite justement est le même qu’un ouvre boite classique qui coûte en moyenne 10 fois moins cher, la vraie question qu’on devrait plutôt se poser est la suivante :

« Est-ce que le service rendu par cet ouvre-boite électrique vaut vraiment 2 heures de mon temps de travail ? »*

(*Calcul effectué sur la base du salaire net horaire moyen en France et sur le prix moyen constaté d’un ouvre boite électrique sur le site amazon.fr)…

Vous l’avez compris, l’indépendance financière se gagne en prenant du recul par rapport à l’économie de marché et aux solutions qu’elle propose pour résoudre vos problèmes.

Et elle se gagne très facilement pourvu que vous vous posiez les bonnes questions qui sont bien souvent aussi simplistes que celle qui consiste à se demander si un ouvre boite électrique va VRAIMENT révolutionner votre quotidien…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: