Indépendance financière : pourquoi votre capital humain est plus important que votre capital financier ?

EFP_capital_humain

Le blocage numéro 1 qui empêche les gens de réaliser que l’indépendance financière est un objectif réaliste pour eux, c’est le manque d’argent.

Ou plutôt, le supposé manque d’argent.

Vous comprenez, Madame Michu ne gagne pas des mille et des cents alors l’indépendance financière, ce n’est pas pour elle. Ou alors dans 30 ou 40 ans peut-être. Si elle parvient à mettre suffisamment de côté.

Mais une fois payés les études des enfants, le prêt immobilier et les dépenses quotidiennes, il ne reste pas grand chose. L’indépendance financière, c’est bien gentil mais c’est surtout pour les célibataires endurcis qui ne pensent qu’à eux…

Alors Madame Michu ne change surtout rien à sa manière de voir les choses et ne veut rien entendre à ce sujet. Elle sait déjà tout ce qu’il y a à savoir sur les finances personnelles et son budget et elle n’a pas besoin qu’on vienne se mêler de ses affaires.

En fine gestionnaire, elle parvient à équilibrer son budget à la fin du mois ce qui relève déjà de l’exploit compte tenu de toutes les obligations auxquelles elle doit faire face. Elle épluche tous les prospectus publicitaires des supermarchés aux alentours et optimise ainsi chaque centime déboursé au mieux pour garder son budget sur les rails.

Il n’est pas encore né celui qui parviendra à faire mieux qu’elle. Elle est experte en promo et ne rate jamais les -10% sur le rayon poissonnerie du vendredi matin. Pas folle, la Michu !

S’il parait un peu caricatural, l’exemple de madame Michu n’en est pas moins représentatif de la manière de procéder de la majorité des gens. On leur a appris à optimiser leurs dépenses et à mettre de l’argent de côté en cas de coup dur s’ils le peuvent. Alors ils s’exécutent et répètent le plus souvent l’exemple de leurs parents.

Et si vraiment, ils gagnent très bien leur vie, ils peuvent ensuite se permettre de défiscaliser en investissant dans le dernier programme gouvernemental à la mode qui leur permettra de ne pas payer d’impôt durant les 9 prochaines années (le pied quoi !)

Le problème quand on raisonne de la sorte, c’est qu’on construit notre vie uniquement autour des moyens dont on dispose déjà. Sans jamais se demander s’il ne serait pas possible de voir les choses autrement. En plus grand. Et différemment.

Le problème quand on raisonne de la sorte, c’est que si l’on ne gagne pas très bien sa vie, on ne fait rien pour faire en sorte que cela change. On accepte notre sort sans même penser à le remettre en question.

On perpétue sagement les habitudes de gestion de nos parents ou de nos proches et on attend que le temps passe en espérant des jours meilleurs.

Sauf que les jours meilleurs n’arrivent jamais. Puisque l’on n’a rien fait pour qu’ils pointent le bout de leur nez.

Alors on se sent frustré et trahi. On ne comprend pas bien ce qui n’a pas fonctionné puisqu’on a suivi scrupuleusement la recette qu’on nous a enseignée et on finit par en vouloir au système (qui n’est décidément qu’une immense escroquerie) et on passe nos nerfs sur les charlatans qui nous expliquent qu’on a peut-être pas suivi la bonne recette, finalement…

Le problème avec l’indépendance financière, c’est que 99% des gens ne savent pas ce que c’est. Ils ont bien la vague idée qu’on va leur parler d’argent et de finance. Que ça a l’air plutôt sympa. Mais les 3/4 du temps, ils confondent richesse – notion d’ailleurs ô combien subjective – et indépendance financière.

Et ils plaquent sur une réalité pourtant très concrète – des revenus passifs supérieurs aux dépenses – leurs fantasmes les plus fous adoptant soit un comportement de rejet soit un comportement obsessionnel tout aussi improductif.

Tout le monde n’a sans doute pas les moyens de devenir riche comme Crésus (ni l’envie) mais pour ce qui est de gagner son indépendance financière pour avoir plus de temps libre et s’occuper de soi et de ses proches, c’est autre chose et c’est un objectif très différent qui ne nécessite d’ailleurs ni la même approche ni les mêmes ressources.

L’indépendance financière, ce n’est pas une question de capital financier. On peut d’ailleurs disposer d’une grosse somme d’argent sans la faire travailler.

L’indépendance financière, c’est avant tout une question de compétences spécifiques à développer pour acquérir ou créer des actifs qui vous permettront de générer des revenus passifs.

Madame Michu n’a pas d’épargne de côté ? Qu’à cela ne tienne, elle ira voir son banquier et utilisera l’effet de levier pour acquérir de l’immobilier en utilisant l’argent de la banque. 20 ans plus tard, elle sera propriétaire d’un ou de plusieurs biens immobiliers qu’elle aura financés à crédit et dont les mensualités auront été remboursées par les loyers de ses locataires.

Madame Michu n’a pas envie d’investir dans l’immobilier ? Qu’à cela ne tienne, elle créera une boutique ecommerce ou un blog et vendra des produits (d’information) qui ne lui demanderont aucun capital de départ.

Madame Michu n’aime ni l’immobilier ni internet ? Qu’à cela ne tienne, elle investira ou spéculera en bourse par le biais des options et autres produits dérivés. Comme dans l’immobilier, elle pourra utiliser certaines stratégies à effet de levier pour maximiser ses gains et minimiser son risque global. Le tout, sans capital de départ. 

Bien sûr, on ne devient pas indépendant financièrement du jour au lendemain. La patience est de mise ainsi que l’envie renouvelée de développer de nouvelles compétences.

Dans l’immobilier ? Vente, négociation, business plan, marketing, communication, publicités, relationnel client, gestion de budget, etc.

Sur internet ? Référencement naturel, référencement payant, publicité, relations presse, communication digitale, langages informatiques, emailing, etc.

En bourse ? Produits dérivés, stratégies financières, analyse technique, analyse fondamentale, analyse économique, analyse boursière, etc.

Bref, vous l’avez compris, pour gagner votre indépendance financière, votre capital humain est plus important que votre capital financier.

Maintenant, vous savez…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: