La version (secrète) de l’indice CAC 40

EFP_CAC_40

Si vous investissez en bourse, vous connaissez forcément le CAC 40. L’indice phare de la place parisienne créé en 1987.

Le CAC est à la presse financière ce que Paris Hilton est à la presse People : il faut vivre en Antarctique ou avoir été kidnappé par les Yem-yem d’Afrique Centrale pour ne jamais en avoir entendu parler.

(Bien que je ne vous souhaite pas cette dernière éventualité dans la mesure où vous avez de fortes chances de terminer dans un pot-au-feu géant…)

Le fonctionnement de l’indice est simple : il est déterminé à partir d’un panier composé de 40 valeurs de sociétés françaises. Ces sociétés sont choisies parmi les 100 sociétés françaises dont les volumes d’échanges de titres sont les plus importants. Et chaque société a un poids déterminé par rapport à sa capitalisation sur le marché.

Comme tout indice qui se veut représentatif, le CAC 40 est interprété par les investisseurs de tout bord comme étant le reflet de la tendance générale des performances des grandes entreprises françaises sur les marchés financiers.

Imaginons que vous soyez un investisseur débutant désireux d’acheter des actions sur le marché français.

Vous avez fait vos devoirs et vous vous intéressez de près aux actions qui versent des dividendes. Vous avez également compris que pour apprécier la performance de vos actions, vous allez devoir les comparer au CAC.

Et c’est à ce moment là que vous devez être (très) vigilant…

L’indice CAC 40 connu de la majorité des épargnants ne prend en compte que l’évolution du prix des actions. Cela signifie très concrètement que ce dernier ne tient compte que du cours des actions qui le composent.

Le piège, vous le devinez : en choisissant d’investir dans des actions à dividendes, vous ne pouvez pas utiliser le CAC 40 dans sa version « nue » comme point de comparaison. Tout simplement parce que ce dernier ne tient pas compte des dividendes versés par les entreprises qui le composent.

Comme tout indice, le CAC 40 se décline en 2 versions. Une première version bien connue en France appelée « prix » et une deuxième version beaucoup plus discrète appelée « Gross Return ». C’est cette deuxième version qui tient compte des dividendes réinvestis.

Vous le savez, la performance d’une action comprend 2 éléments.

1/ L’évolution de son cours en bourse avec la variation du prix de l’action qui détermine le montant de la plus ou moins value que vous allez encaisser au moment de la vente du titre. Vous réalisez alors un gain ou une perte.

2/ La perception des dividendes qui correspondent à la partie du profit qui est versée aux actionnaires chaque année en fonction de la politique de versement décidée par l’entreprise.

Supposons que vous ayez décidé d’acheter 1’action de l’entreprise X en janvier pour un montant de 100€. En juin de la même année, l’entreprise X vous verse un dividende de 6€. Puis, en octobre, vous vendez l’action de l’entreprise X à un cours de 97€.

En terme de gain en capital, vous avez réalisé une moins value de 3€. Mais entre temps, l’entreprise vous a versé un dividende de 6€ ce qui vous permet au final de réaliser un gain de 3€.

C’est la raison pour laquelle vous ne pouvez pas vous contenter de l’indice CAC 40 « nu » pour effectuer vos comparaisons.

Pour que cela ait du sens, vous devez utiliser le CAC 40 « Gross Return » (GR), c’est à dire la version du CAC 40 qui prend en compte le versement des dividendes.

Insistons une nouvelle fois sur la similarité entre le CAC 40 et le CAC 40 GR. Ce sont bel et bien des indices boursiers qui sont composés des mêmes 40 sociétés. Mais ce qui les différencie, c’est uniquement la prise en compte ou non des dividendes.

En France, c’est la version « prix » de l’indice qui est la plus utilisée alors qu’elle ne tient pas compte des dividendes détachés.

Evidemment, cette subtilité n’est pas sans conséquence sur les produits financiers que vous détenez.

Supposons maintenant que vous soyez détenteur de SICAV, de FCP ou de Tracker capitalisant.

Dans tous ces cas de figure, vous ne pouvez pas non plus vous contenter de la comparaison avec l’indice nu au risque de faire une nouvelle fois passer à la trappe la composante « dividendes » de la performance globale du placement.

Et bien sûr, si votre gérant compare ses performances avec celles du CAC 40 et non celles du CAC 40 GR, cela vous en dit long sur le degré de confiance que vous devriez avoir dans son éthique professionnelle.

En Allemagne par exemple, c’est l’utilisation de la version « dividendes réinvestis » qui prime sur la version « prix ». Le DAX, l’indice phare du marché allemand, est n indice « dividendes réinvestis » : les dividendes détachés sont réinvestis individuellement. La version « prix » de l’indice, le Kursindex est moins répandue.

Attention donc au petit jeu des comparaisons !

Par exemple, le DAX comme le CAC ont été créés en 1987 sur une base 1000 et l’écart entre les 2 indices s’explique aujourd’hui principalement par le réinvestissement ou non des dividendes.

En effet, plus l’historique de cotation remonte dans le temps (et plus la magie des intérêts composés peut opérer), plus le différentiel augmente.

Et en Juillet 2015 par exemple, le DAX est aux alentours des 11.500 points quand le CAC 40 GR tourne lui aux alentours des 12.000. Nul doute que la comparaison avec le CAC 40 (qui tourne, lui, aux alentours des 5.100 points) aurait fait hurler dans les chaumières. Mais encore faut-il comparer ce qui est comparable.

On ne compare des choux et des carottes que lorsqu’on ne sait pas ce que l’on fait.

Et maintenant, vous savez…

Allez plus loin et cliquez ici pour vous inscrire tout de suite au Séminaire de l’EFP…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: