Les 5 Informations Clés que l’Etat et les Banques Voudraient Vous Cacher

C’est avec un plaisir non dissimulé que nous lançons cette série consacrée aux informations économiques et financières cruciales qui échappent pourtant à 90% du grand public. Notre objectif est de vous permettre de juger de manière critique l’environnement économique et financier et d’aller au delà de la pensée conformiste et moraliste véhiculée par les grands médias nationaux. Par cet engagement, nous souhaitons réaffirmer notre volonté de vous aider à améliorer votre éducation financière et vous donner les moyens de vivre la vie que vous méritez. Parce que cultiver son intelligence financière pour être libre et prospère demain est un projet de vie qui n’attend pas. Nous vous souhaitons une excellente lecture.

Info cachée n°1 : La désindustrialisation va se poursuivre en France

Selon le département de recherche économique de la banque Natixis, de nombreux arguments poussent à conclure que l’économie française va encore se déformer davantage en faveur des services et au détriment de l’industrie manufacturière.

La news : France : la déformation de l’économie vers les services va se poursuivre

Notre avis : Hélas, c’est une triste réalité. Les conséquences défavorables de la désindustrialisation sont toujours les mêmes et se vérifient jour après jour : baisse du niveau de qualification des emplois, dégradation du commerce extérieur et baisse de la croissance potentielle. Le retour de la croissance ? Pas pour demain, non…

Info cachée n°2 : Déficit, la France a épuisé la patience de Bruxelles

Après plusieurs jours d’atermoiements, le gouvernement vient d’opérer un virage à 180 degrés. Il promet désormais de respecter les 3% de déficit en 2015.

La news : Comment la France a épuisé la patience de Bruxelles

Notre avis : Il faut dire que ça fait plus de 5 ans que ça dure… Mais bon pas de quoi crier au feu non plus. Quand on lit entre les lignes, on comprend que «  la commission a regardé si la France avait mis en oeuvre les actions suivies d’effets qu’elle avait recommandées ». Autrement dit, obligation de moyens plus que de résultats. Conclusion : suffit de dire à Bruxelles ce qu’il a envie d’entendre et ça passera comme une lettre à la Poste. Toutes façons, de l’argent y en a plus alors amende ou pas amende, finalement…

Info cachée n°3 : Les hôpitaux français sont dans une situation financière critique

Voilà en tous cas le constat édifiant dressé par La Tribune. Un rapport de la Cour des comptes s’alarme en effet du niveau d’endettement des hôpitaux publics, jugé critique. Leur dette a triplé au cours des dix dernières années.

La news : Pourquoi les hôpitaux sont-ils dans une situation financière critique ?

Notre avis : Savez-vous comment nous en sommes arrivés là ? Vous allez voir, c’est très très original : les deux derniers plans nationaux de soutien à l’investissement hospitalier ont privilégié le recours à l’emprunt par rapport aux aides en capital et les gestionnaires hospitaliers ont eu « une visions exagérément optimiste de l’accroissement d’activité des établissements et de sa traduction en termes de recettes dans le système de la tarification à l’activité… ».

Autrement dit, on a trop emprunté et on s’est planté sur les prévisions de revenus. A l’EFP, on apprend à nos élèves à faire la différence entre un actif et un passif, peut-être serait-il temps que les gestionnaires hospitaliers en fassent de même ?

Info cachée n°4 : Facebook veut se lancer dans les services bancaires

Le réseau pourrait obtenir l’approbation des régulateurs irlandais pour proposer à ses utilisateurs un service permettant de stocker de l’argent sur sa plateforme.

La news : Facebook veut se lancer dans les services bancaires

Notre avis : une annonce qui pourrait faire l’effet d’une bombe dans le monde merveilleux de la banque de réseau. D’autant que les initiatives de ce genre commencent à se multiplier. C’est sûr, Facebook, ça paraît beaucoup plus solide qu’une banque qui fait joujou avec des produits dérivés qui peuvent lui exploser à la figure à tout moment. La bonne nouvelle pour nous, c’est que les pistes pour débancariser notre épargne se multiplient. Profitons-en !

Info cachée n°5 : Ils militent pour des monnaies alternatives

Ils sont chercheurs, geeks, entrepreneurs ou activistes, et pour eux,  il est urgent d’offrir aux citoyens, et même aux entreprises, une alternative aux monnaies des Etats.

La news : Pourquoi ils militent pour des monnaies alternatives (crowdfunding ou bitcoin)

Notre avis : on retiendra cette citation de Saskia Sassen de l’université Columbia à New York : « La finance n’a rien à voir avec l’argent. Si c’était le cas, ce serait trop simple.  Il faut faire la distinction entre la banque traditionnelle – qui vend ce qu’elle possède – et la finance – qui vend ce qu’elle n’a pas. C’est là d’ailleurs que se trouve sa créativité : elle doit sans cesse inventer des instruments et envahir d’autres secteurs, puisqu’elle même ne dispose pas de ce dont elle a besoin pour produire de la valeur. »

Dans un monde économique où les banques ont pris une importance démesurée avec les conséquences que l’on connait, il faut saluer les initiatives qui consistent à remettre en cause ce privilège quasi divin de battre monnaie. Une chose est sure : le système monétaire actuel n’est pas viable sur le long terme et il faudra bien à un moment ou à un autre envisager de le remplacer. Espérons que ce brainstorming monétaire géant accouchera d’une solution stable et pérenne. Comme le dit l’auteur de l’article, « il faut continuer à rêver ».

Restez fidèles et à la semaine prochaine pour de nouvelles aventures !

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: