Pourquoi ceux qui proposent des produits chers sont (forcément) des truands malhonnêtes qui en veulent à votre argent

Produits_Chers_EFP

Si vous êtes indépendant, vous avez sûrement déjà été confrontés à des remarques (parfois) désobligeantes sur vos tarifs.

Florilège :

Le genre tranchant et sec : « C’est trop cher ». Affirmé. Décidé. Rien d’autre à ajouter.

Le genre « on me l’a fait pas à moi » : « vos concurrents sont moins chers, je me suis renseigné. Si vous souhaitez que nous collaborions ensemble, il va falloir faire un effort… »

Le genre « je tente le coup mais je sais pas trop jusqu’où je peux aller » : « Excusez-moi, est-ce que vous proposez des tarifs réduits ? »

Le genre « tout m’est dû » : « Le paiement en 12 fois, ça m’arrange pas vraiment d’autant que c’est plus cher que le paiement en 1 seule fois. Je vous laisse revenir vers moi pour me proposer un tarif en 3 fois sans frais qui ira de toutes façons beaucoup mieux à la majorité de vos clients ». Dans ce cas, ne pas oublier de remercier pour le service gracieusement rendu.

Le genre « Zorro » ou « Robin des bois » : « À ce tarif-là quelle arnaque ! Alors que l’alternative X ou Y permet de faire exactement la même chose. Je m’en vais sensibiliser la Terre entière à vos agissements scélérats ! ». Alors que bien sûr, l’alternative X ou Y n’a rien à voir en termes de service clients, de gain de temps ou de création de valeur.

Le genre « je suis plus intelligent que les autres et même un très très gros malin » : « Ah Ah Ah c’te blague… Comment des gogos peuvent-ils se faire avoir en payant ce prix-là ? Énorme, je vous dis ! Y a vraiment des cons partout… »

Le genre manipulateur : « j’apprécie sincèrement tout ce que vous faites, vous êtes pour moi une source d’inspiration quotidienne et j’adore votre manière de voir les choses. Je voudrais vraiment acheter votre produit mais je manque de moyens. J’ai bien pensé à prendre votre formule de paiement échelonné mais elle me fait penser à un crédit et je sors à peine d’une dépression à cause d’un crédit que j’ai eu du mal à rembourser. Et vous ne voulez pas que je retombe en dépression, n’est-ce-pas ? »

Il y a aussi des personnes profondément honnêtes qui cherchent à savoir ce qu’un produit ou un service va vraiment leur apporter.

Dans ce cas précis, c’est évidemment le rôle du commerçant de savoir expliquer à son client ce que sa prestation va lui apporter et pourquoi cela est effectivement dans son intérêt.

Mais bien souvent, les remarques sur le prix en disent plus long sur les personnes qui les font que sur ceux qui les fixent.

A fortiori quand on parle de gens qui n’ont pas pris le temps de se renseigner sur une prestation qu’ils n’ont de toutes façons pas prévu de tester.

Le problème quand on se dit que quelque chose est cher, c’est qu’on reste englué dans la situation présente.

Le message implicite que l’on envoie à notre cerveau, c’est celui de notre incapacité à nous payer ce qui nous fait vraiment envie.

Evidemment, l’objectif, ce n’est pas de céder à chaque caprice et de sortir le portefeuille chaque fois qu’un message marketing vient nous tenter. Ou d’en faire une affaire d’ego en voulant se prouver à soi-même « qu’on peut se le permettre »…

L’objectif, c’est de changer votre état d’esprit.

De vous libérer des croyances limitantes qui polluent votre pouvoir intérieur et vous empêchent d’avancer sur le chemin de votre propre liberté intérieure.

D’arrêter de vous martyriser en écoutant cette petite voix intérieure mais terriblement destructrice qui vous répète à longueur de journée que vous ne valez rien.

De dépoussiérer votre armoire à rêves et de lui permettre de retrouver son lustre d’antan. Celui de vos rêves d’enfant et des espoirs les plus fous que vous nourrissiez encore à une époque où le monde adulte ne vous avait pas persuadé que les choses sont « comme ça ».

Le jugement que vous portez sur un prix fixé par un autre ne fait qu’exprimer votre propre vision du monde. Ce qui est cher pour quelqu’un ne l’est pas forcément pour quelqu’un d’autre.

Et cela n’a bien souvent rien à voir avec votre niveau de revenus actuel. Même si ce même niveau de revenus est aussi le reflet des croyances que vous projetez sur le monde qui vous entoure.

Dire que quelque chose est cher n’a pas plus de sens que de dire que quelqu’un est riche.

Cette prestation est chère ? Mais par rapport à quoi ? Et cette alternative est-elle vraiment comparable ? Le prix n’est pas un concept absolu, c’est un concept relatif.

Cette personne est riche ? Mais par rapport à qui ? Et l’est-elle vraiment par rapport aux personnes qu’elle côtoie ? La richesse n’est pas non plus un concept absolu, c’est un concept relatif.

Pour certains, vous êtes riche à partir de 3.000€ par mois. Pour d’autres, c’est 5.000€ minimum. Pour d’autres encore, nulle richesse en deçà des 10.000€.

La prochaine fois que vous vous dites que quelque chose est cher, demandez-vous plutôt comment vous pouvez faire en sorte de vous le payer.

Cherchez le moyen d’augmenter vos revenus plutôt que de demander aux autres de se plier à vos exigences (ou de les accuser de charlatanisme)…

Peut-être vous direz-vous que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Peut-être aurez-vous fait en sorte de réunir la somme nécessaire pour finalement la dépenser autrement.

Peut-être serez-vous déçu par la prestation en question. C’est un risque…

Mais le plus important, c’est que vous aurez appris à voir le monde autrement.

À acquérir les compétences pour trouver les fonds qui vous faisaient défaut jusqu’alors.

À sortir de votre zone de confort pour aller de l’avant et ne plus rester empêtré dans vos ruminations stériles.

À voir le monde qui vous entoure comme un monde de possibilités et d’abondance là où, avant, tout n’était pour vous qu’aigreur et privation.

En une phrase simple : au lieu de dire que quelque chose est cher, demandez-vous plutôt comment vous pouvez trouver un moyen de vous l’offrir…

Allez plus loin et cliquez ici pour vous inscrire tout de suite au Séminaire de l’EFP…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: