Pourquoi Suivre Vos Instincts Financiers ne Vous Rendra pas plus Heureux

instincts financiers

Instinctivement, nous préférons consommer d’abord et payer ensuite. Différer le paiement est une manière d’apaiser la douleur liée à la dépense. Pourtant, procéder de la sorte pourrait être une très mauvaise idée.

Le désir de consommer maintenant et de payer plus tard est alimenté par la puissance du moment présent.

Parce que rien ne surpasse la joie du moment présent, nous sommes incités à vouloir profiter du positif dans l’instant (consommation) et à repousser le négatif à plus tard (paiement).

Si cela se comprend, il semblerait néanmoins plus judicieux d’agir à l’opposé pour préserver notre bonheur à long terme.

Le sentiment d’aversion à la dépense que nous éprouvons chaque fois que nous devons nous séparer d’une somme d’argent durement gagnée est tellement fort que les économistes comportementaux parlent désormais de « douleur du paiement » (pain of paying).

Et effectivement, les neuro-économistes ont mis en évidence qu’être confronté à des prix élevés pouvait activer des régions du cerveau habituellement associées à l’anticipation d’une douleur bien réelle.

Dans une étude publiée par l’université de Stanford, il a été demandé aux participants de faire du shopping tout en surveillant de près leur activité cérébrale.

Les résultats de l’étude furent extrêmement instructifs : lorsque les participants se trouvaient en face d’un produit attirant, la région du cerveau liée à une anticipation positive s’activait. Mais lorsque le prix du produit était affiché, si ce dernier était jugé trop élevé par les participants, la région du cerveau liée à diverses formes de douleur imminente était activée. Ces derniers étaient donc confrontés à un dilemme de taille en matière d’activation cérébrale.

Parce que le plaisir de la consommation est supérieur sans l’expérience du paiement, séparer les deux semble être la meilleure manière de maximiser le plaisir immédiat de l’achat.

C’est la raison pour laquelle la recherche montre que les cartes de crédit ont été une des innovations du siècle les plus ingénieuses POUR L’INDUSTRIE FINANCIERE.

Ces morceaux de plastique permettent en effet de nous anesthésier contre la douleur immédiate du paiement.

Ainsi, une étude menée aux Etats-Unis a montré que des étudiants qui achètent des places pour un événement sportif dépensent 28 dollars en moyenne lorsqu’ils paient cash et plus de 60 dollars lorsqu’ils paient par carte de crédit.

Bien que la relation entre le revenu et le bonheur ne soit pas immédiate dans les pays développés, il existe cependant une relation beaucoup plus forte entre le bonheur des individus et le fait de savoir si ces derniers éprouvent ou non des difficultés pour payer leurs factures.

Autrement dit, l’argent que nous devons est un bien meilleur indicateur de bonheur que l’argent que nous touchons.

Une autre étude menée en Grande Bretagne par Sarah Brown et Karl Taylor montre par ailleurs que les ménages les plus endettés sont aussi ceux qui sont les moins heureux.

Les dettes sont ainsi particulièrement destructrices pour le mariage. Les couples mariés ayant davantage de conflits sur des sujets divers allant des rapports sexuels aux beaux-parents.

Consommer maintenant et payer ensuite contribue donc effectivement à maximiser notre satisfaction immédiate, mais le retour de bâton peut parfois s’avérer être extrêmement douloureux.

Réfléchissez bien la prochaine fois que vous achetez à crédit. Pas sûr que cela contribue davantage à votre bonheur…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: