Pourquoi vous devriez brûler 90% des livres sur les finances personnelles

Rat_Race_EFP

Pour la majorité des gens, la vie (professionnelle) se résume au parcours qui consiste à aller à l’école. Obtenir le meilleur diplôme possible. Décrocher un emploi bien rémunéré. Et prendre sa retraite. Un jour. Si le système le permet.

Durant ce laps de temps, ils achètent leur résidence principale. Ils se marient et ont des enfants. Les mêmes enfants qu’ils envoient à l’école pour obtenir le meilleur diplôme possible. Décrocher un emploi bien rémunéré. Et prendre leur retraite. Un jour. Si le système le permet…

Après tout, si nous manquons cruellement d’imagination en matière de style de vie, ce n’est pas de notre faute. Nos parents ont fait pareil. Nos grands-parents ont fait pareil. Alors nous faisons pareil.

Les gens font comme ça. Alors on fait comme ça. Les gens vivent comme ça. Alors on vit comme ça. Car la vie, c’est comme ça. Et il n’y a aucune raison d’y trouver quoi que ce soit à redire.

L’achat de la résidence principale, c’est la dépense d’une vie. Plusieurs centaines de milliers d’euros empruntés. 25 années d’endettement. Et une vie passée à rembourser la banque. Pourquoi y trouver à redire ? Une décision financière on ne peut plus engageante certes. Mais puisque tout le monde fait comme ça…

Le problème, ce n’est pas de faire comme tout le monde.

Après tout, il n’y a rien de déshonorant à vouloir acheter sa résidence principale. À travailler toute sa vie. Et à prendre sa retraite à l’automne de sa vie. C’est même tout à fait louable pourvu que l’on ait exercé une profession dont on soit fier.

Le problème, ce n’est pas de suivre un schéma de vie, aussi stéréotypé soit-il. Car la majorité n’a pas toujours tort. Et on peut être heureux de la vie que l’on mène.

Le problème, c’est lorsque le chemin de vie que l’on suit est inadapté à l’environnement dans lequel on vit.

Les règles du jeu ont changé. À 100%. Brusquement. Et la majorité des gens ne s’en sont pas rendus compte. Les économistes eux-mêmes ne savent pas l’expliquer. Les universitaires ne sont pas d’accord. Les médias sont trop occupés à tenter de maintenir un status quo qui leur allait si bien.

Les règles du jeu ont changé.

Et une personne qui continue de suivre l’ancien schéma de vie qui consiste à aller à l’école, obtenir un diplôme reconnu, décrocher un emploi bien rémunéré et prendre sa retraite se retrouvera un jour ou l’autre piégée par un choix de vie qui n’en pas un.

Un choix de vie qui la rendra prisonnière. Qui la consommera de l’intérieur et à petit feu. Qui lui volera toute son énergie de vie et lui enlèvera les passions qui la faisaient vibrer hier encore.

Le problème lorsque l’on fait un choix de vie qui n’en est pas un, c’est que quelqu’un d’autre finit toujours par le faire pour nous.

Et 90% des livres sur les finances personnelles ne vous apprennent pas les nouvelles règles du jeu. Ils vous apprennent à décrocher un emploi bien rémunéré, à mettre de l’argent de côté pour votre retraite et à acheter votre résidence principale.

Dans le meilleur des cas, ils vous apprennent à choisir votre plan d’épargne salariale. Mais oublient de préciser qu’il dépend très largement des fluctuations des marchés financiers.

Dans le pire des cas, ils vous enseignent que votre résidence principale est un actif qu’il faut inscrire comme tel dans votre bilan financier personnel. Alors qu’on a bien du mal à comprendre comment une résidence principale peut vous faire gagner de l’argent. 

Les règles du jeu ont changé parce que les salaires stagnent et que le coût de la vie augmente. Inexorablement.

Les revenus réels ajustés de l’inflation stagnent depuis 1965. Pour 75% des gens, les choses ne se sont pas améliorées depuis près de 50 ans. Et ça n’est pas près de s’arranger.

Côté « revenus » donc, ce n’est pas brillant. Mais rassurez-vous, côté « dépenses », c’est encore pire.

L’inflation est un terme obscure qui ne plait pas à grand monde. D’ailleurs, personne ne sait vraiment comment on la calcule et les gouvernements ne sont pas à une hérésie près.

L’exemple le plus frappant, c’est la non prise en compte de l’immobilier dans le panier moyen de la ménagère. Les choux, les carottes et le liquide vaisselle, oui. Le loyer ou la mensualité d’emprunt immobilier, non.

Pour résumer, si les prix de l’immobilier augmentent plus vite que l’inflation, alors votre salaire ne vous permettra jamais d’acheter une aussi belle résidence principale que celle de vos parents. À moins de vous endetter plus. Encore et toujours plus.

Car le problème, c’est que les prix de l’immobilier ne montent pas moins vite que l’inflation. Au contraire. Le rendement annuel de l’immobilier sur les 100 dernières années est de 0.2%.

Et les 2 autres gros postes de dépenses d’une famille ne sont pas en reste.

Les frais liés aux études supérieures suivent une progression exponentielle depuis le début des années 2000 (multiplication par 2 et multiplication par 5 depuis le début des années 80). E les frais médicaux ont été multipliés par 2.5 sur les 30 dernières années. Sécu ou pas.

90% des livres sur les finances personnelles ne prennent pas en compte les nouvelles règles du jeu. Ils vous apprennent les règles dépassées d’un jeu auquel vous ne devriez plus jouer.

Le mode de vie linéaire est rassurant pour notre cerveau. On s’enrichit petit à petit. Jour après jour. On met de côté pour l’avenir.

Et on confie notre argent à une industrie financière archaïque et dépassée. Une industrie qui refuse de se remettre en question dans un monde qui a changé.

Un monde gouverné par les lois de puissance où l’exponentielle est la règle.

L’exponentielle qui demande de tester et de faire des erreurs pour réussir. Brillamment.

L’exponentielle qui demande de prendre des risques pour pouvoir vivre la vie dont on rêve. Ici et maintenant. Et pas dans 40 ans.

L’exponentielle qui demande d’ouvrir les yeux pour saisir les opportunités. Dans un monde en transition où elles n’ont peut être jamais été aussi nombreuses.

Le monde dans lequel nous vivons n’est pas un long fleuve tranquille où il suffit de se laisser bercer par le courant pour réussir.

Le monde dans lequel nous vivons est un torrent déchaîné où il faut apprendre à maitriser soubresauts et imprévus.

Le temps de la croissance prévisible et continue est révolu…

Place à l’inattendu !

Allez plus loin et cliquez ici pour vous inscrire tout de suite au Séminaire de l’EFP…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: