Statut social : comment éviter de faire votre propre malheur ?

statut social EFP

Chaque jour, une grande partie de vos pensées est orientée vers la comparaison que vous faites de vous-même par rapport au monde qui vous entoure.

Untel qui est plus séduisant que vous. Qui est plus fort que vous. Qui est plus riche que vous. Qui a plus d’influence que vous. Qui est plus puissant que vous. Qui est meilleur que vous dans certains domaines de compétence.

La comparaison est inévitable car l’homme est une créature sociale par nature : nous sommes bâtis pour survivre et évoluer en groupes.

Il faut dire que le comportement de groupe nous donne un avantage considérable lorsqu’il s’agit de survivre dans un environnement hostile.

Le problème, c’est lorsque ce dernier introduit une concurrence interne pour s’approprier des ressources considérées comme rares.

Et dans ce cas, les individus qui prospèrent au sein du groupe ont tendance à être ceux qui ont du succès dans les domaines qui concernent la survie de la reproduction. Par exemple, la beauté, la richesse, la force, l’influence, etc.

C’est ainsi que l’on peut résumer au mieux le statut social : la manière dont vous vous débrouillez dans tel ou tel domaine cité précédemment et comment vous pouvez faire en sorte de vous battre pour être considéré comme le meilleur…

Comme il n’est pas facile d’évaluer concrètement où nous nous situons en terme de statut, nous prenons des raccourcis. Nous préférons nous contenter de signaux extérieurs qui deviennent les indicateurs d’une qualité plus subtile et plus difficile à quantifier.

Inconsciemment, nous allouons une partie de nos ressources cognitives au suivi de notre statut actuel et aux changements que nous percevons vis-à-vis de celui des autres.

Il en est de même avec notre vie émotionnel et nos comportements qui nous poussent fréquemment à nous demander si agir de telle manière nous permettra d’améliorer notre statut social de manière significative.

Les exemples de course au statut social ne manquent pas.

Devenir une célébrité, un sportif de haut niveau, un chanteur connu, un politicien de renom, le dirigeant d’une entreprise multinationale, etc.

Toutes ces activités ont une composante « statut social » très importante et ce statut représente une grande part de compensation vis-à-vis des exigences extrêmes et des sacrifices requis pour se faire un nom, combattre et maintenir sa position dans ces domaines.

Et c’est justement là que le bât blesse.

Car plus une option de vie nous apparait attractive en terme de statut social, et plus elle est susceptible de générer de nombreux inconvénients et pièges compte tenu de la concurrence extrême qui fait rage pour l’obtenir.

Le truc vraiment étrange, c’est que plus la quête est ardue, plus nous avons tendance à vouloir ignorer et sous évaluer ces inconvénients et à poursuivre dans le sens de cette option. Quitte à négliger les autres aspects de notre vie. Ce qui est évidemment très préjudiciable pour notre équilibre de vie.

Pour résumer, plus le potentiel perçu de statut social augmente, plus le risque d’erreur sérieuse et de mauvais investissement de notre part augmente.

Les 3/4 des gens qui veulent devenir financièrement indépendants ne comprennent pas que l’indépendance financière n’a rien à voir avec le statut social ou les signes extérieurs de richesse.

Ils oublient la fonction première de l’argent qui doit être considéré comme un moyen et non comme une fin.

Et prendre conscience de cette tendance à faire des choix basés sur les signes extérieurs de richesse, c’est déjà faire un premier pas vers l’inhibition durable de notre recherche de statut.

L’avantage, c’est que l’on peut ensuite chercher à obtenir des résultats de manière plus fiable et beaucoup moins coûteuse en terme d’investissement personnel.

Vous souhaitez apprendre à créer votre entreprise ? Inutile de dépenser une fortune pour vous payer un MBA. Vous pouvez tout aussi bien apprendre les compétences clés pour créer et développer un business et vous lancer dans le monde des affaires.

Vous souhaitez bien investir votre argent ? Inutile de faire appel aux services d’un conseiller financier ou d’un gestionnaire de patrimoine dont les produits et services vous coûteront des centaines milliers d’euros en frais divers avec le temps. Vous pouvez tout aussi bien prendre en main votre éducation financière par vous-même ou en investissant une bonne fois pour toutes et vous lancer dans le monde économique et financier.

Le problème avec le statut social, c’est que c’est un besoin qui nous titille souvent l’esprit. Un jour, on parvient à l’inhiber. Un autre jour, c’est plus difficile. Et avant même qu’on ait le temps de dire ouf, la décision est prise. Une mauvaise décision.

Le plus simple pour éviter de faire les mauvais choix, c’est encore d’avoir un plan et de s’y tenir. De savoir ce que l’on veut dans la vie en faisant le point. A tête reposée. Sereinement. Pour ne pas prendre une mauvaise décision à chaud. Alors que l’on est incapable de réfléchir.

La meilleure manière de procéder, c’est encore d’imaginer le succès que vous allez avoir dans tel ou tel domaine et de vous demander si le fait que personne ne soit au courant vous épanouit malgré tout.

Cela change t-il votre manière de voir les choses ? Vos objectifs et vos priorités de vie restent -t-ils les mêmes ?

Répondre à cette question n’est pas facile et il n’y a aucune garantie que vous ne retombiez pas dans vos travers un jour ou l’autre. C’est humain.

Mais une chose est sûre : le statut social et l’attention sont flatteurs mais clairement  surfaits.

Mon conseil ? Ignorez la foule…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: