The Millionaire Next Door vs. Père Riche Père Pauvre : quel type de millionnaire serez-vous ? (1/2)

Millionnaire_EFP

Dans la littérature financière, il y a 2 grandes écoles.

Et dans cet article, je vous propose d’en découvrir les principales différences.

D’un côté, vous trouvez « The Millionnaire Next Door » publié en 1996.

Le livre de référence sur les millionnaires américains. Rédigé à la suite de plusieurs années de recherche et à l’aide de statistiques officielles et d’études de cas. Sans doute l’étude socio-psychologique la plus aboutie qui soit sur les « riches » américains.

De l’autre côté, vous trouvez « Père Riche Père Pauvre » publié en 1997.

Rédigé par Robert Kiyosaki. Un investisseur américain, homme d’affaires et conférencier dont les livres se sont vendus à plus de 26 millions d’exemplaires.

D’un côté, vous apprenez que le millionnaire américain a suivi sa vocation pour réussir. Il a choisi une profession qu’il aime et qui lui correspond.

Une fois l’expérience acquise, le millionnaire américain se met à son compte pour devenir un travailleur indépendant. Et statistiquement, le travailleur autonome a 4 fois plus de chances de devenir millionnaire que le salarié.

Pour Thomas J. Stanley et William D. Danko, les auteurs du livre, le millionnaire moyen est installé en profession libérale. Médecin, avocat, notaire : il vend son temps et son expertise et est rémunéré généreusement en conséquence.

De l’autre côté, vous apprenez que si vous travaillez pour l’argent, vous ne serez jamais riche.

Pour Robert Kiyosaki, vous devez comprendre comment utiliser au mieux votre esprit et votre temps pour atteindre le bien-être financier.

La différence fondamentale entre un candidat à la richesse et un candidat à la pauvreté réside dans sa capacité à se poser les bonnes questions pour résoudre les problèmes qui se présenteront à lui.

Selon lui, la création d’entreprise est la voie royale pour gagner son indépendance financière.

Et au-delà de la simple considération matérielle, elle est surtout l’occasion pour vous de vous mettre dans les bonnes dispositions d’esprit pour apprendre chaque jour.

Votre véritable motivation au travail, vous la trouvez dans la recherche de l’apprentissage permanent et dans les leçons que vous tirez de vos expériences.

Travailler pour l’argent n’a pas de sens. Ce qui importe, ce sont les compétences que vous développez et dont vous vous servez un jour ou l’autre pour créer un système entrepreneurial qui travaille pour vous. Et non l’inverse.

Le temps, c’est de l’argent. Travailler pour l’argent. Non. Faire travailler l’argent pour vous. Oui.

D’un côté, le millionnaire américain moyen s’est enrichi progressivement. En mettant de l’argent de côté. En achetant sa résidence principale et en investissant sur les marchés financiers.

Pour lui, la frugalité est un art de vivre qu’il cultive au quotidien. Il dépense son argent à bon escient et évite les dépenses irréfléchies et compulsives.

Pour le millionnaire américain moyen, la frugalité est la base de l’enrichissement. Il n’est pas un grand dépensier et ignore la consommation ostentatoire.

La recette du succès du millionnaire américain moyen est très simple : il atteint le premier million en budgétant précisément ses dépenses et en les contrôlant rationnellement.

Et lorsque le premier million est atteint, il maintient son niveau de vie en l’état. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

Le principal facteur explicatif de la réussite financière du millionnaire américain moyen tient à sa capacité supérieure à visualiser les bénéfices futurs de ses objectifs de vie.

Mais le millionnaire américain moyen des années 1990 doit aussi sa réussite financière à une bonne adéquation entre sa stratégie d’enrichissement et le contexte économique et financier des 30 années précédentes…

Une période faste de croissance durable de l’économie et des marchés d’actifs (financiers ou immobiliers).

De l’autre côté, Robert Kiyosaki s’est lui-même enrichi grâce aux actifs tangibles comme la création d’entreprise et l’investissement immobilier. Il a préféré se tenir éloigné des marchés financiers sur lesquels il estimait ne pas pouvoir exercer de contrôle direct.

Kiyosaki a investi beaucoup d’argent dans l’immobilier à une époque où l’immobilier connaissait un début de cycle haussier. Et cela lui a permis de devenir rentier en l’espace de quelques années seulement.

Dans ces conditions, il s’est ensuite libéré de la contrainte de son emploi salarié pour se lancer dans les affaires et faire prospérer sa propre entreprise.

Pour lui, la première étape pour gagner son indépendance financière, c’est de comprendre la différence entre un actif et un passif.

Un actif, c’est quelque chose qui met de l’argent dans votre poche.

Un passif, au contraire, c’est quelque chose qui sort de l’argent de votre poche.

La cause principale de l’appauvrissement de la classe moyenne réside dans son ignorance de la différence entre un actif et un passif…

…Ignorance qui la pousse à acquérir des éléments de passif qu’elle prend pour des actifs.

L’exemple le plus fréquent mis en avant par Kiyosaki,  c’est celui de la résidence principale.

Car contrairement à ce que pense la majorité des gens, une résidence principale n’est pas un actif.  Le flux de trésorerie généré par son acquisition est négatif : l’argent sort de votre poche pour aller dans celle du banquier.

La clé du succès pour gagner son indépendance financière,  c’est donc de comprendre la différence entre un actif et un passif. D’acheter encore et toujours plus d’actifs pour générer des revenus réguliers tout en maintenant ses dépenses à un niveau acceptable.

D’un côté, la spécialisation a permis au millionnaire américain moyen de vendre son expertise à bon prix pour s’enrichir progressivement.

En suivant sa vocation, il a développé un rayon de compétences qu’il a su mettre en application dans son quotidien professionnel. Pour servir au mieux ses clients et se faire un nom.

Le millionnaire américain moyen est un expert reconnu dans son domaine. Et son succès tient à une spécialisation qui en fait un professionnel recherché et demandé.

De l’autre côté, la spécialisation, c’est votre meilleure ennemie dans l’optique de l’indépendance financière.

Le système éducatif forme des experts dans des domaines toujours plus restreints. La spécialisation est le principal écueil à éviter si vous souhaitez éviter de rester prisonnier des compétences développées dans un seul domaine.   

Au contraire, vous avez tout intérêt à redécouvrir la loi de Pareto pour maitriser les 20% de compétences qui apportent 80% de la valeur ajoutée caractéristique de chaque discipline.

Mais la principale différence entre le millionnaire « d’à côté » et le millionnaire « rich dad » est avant tout financière.

L’objectif financier du millionnaire américain moyen, c’est de faire grossir la valeur nette de son patrimoine.

L’objectif financier du millionnaire « rich dad », c’est de faire grossir ses flux de trésorerie.

D’un côté, votre résidence principale contribue à la valeur nette de votre patrimoine…

… Mais lorsqu’un krach immobilier se produit, la valeur de votre résidence principale est divisée par 2. Et la valeur de votre patrimoine en prend un sacré coup.

De l’autre côté, vous continuez de percevoir des flux de trésorerie quelles que soient les fluctuations de la valeur des actifs réels dans lesquels vous avez investis…

… Mais en cas de marché haussier, la valeur nette de votre patrimoine augmente moins rapidement.

Investisseur « valeur nette » ou investisseur « cash flow » : à vous de voir quel type de millionnaire vous souhaitez devenir…

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: