Vous gagnez plus de 10.000 euros par mois ? Attention, danger…

Dépense_EFP

Quand on gagne bien sa vie, il est normal de vouloir réaliser ses rêves.

Quand on gagne 10.000 euros par mois alors qu’on a dû galérer pendant 10, 20 ou 30 ans pour en arriver là, il est tentant de chercher à s’offrir tout ce que l’on désire et dont on a été privé jusque là.

Juste pour pouvoir se prouver à soi-même que l’on a réussi.
Juste pour prouver sa valeur aux yeux des autres.

Alors on dépense l’argent que l’on gagne.
On achète une grande maison dont la moitié des pièces reste inoccupée 90% du temps.
On achète des produits que l’on entasse ensuite dans notre garage ou dans notre cave parce qu’ils ne nous servent à rien.

Comme le dit si bien Dave Ramsey :
« Trop de gens achètent des choses dont ils n’ont pas besoin pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas. »

Le pire, c’est que l’on y prend goût.
On s’habitue très facilement à tout ce petit luxe que l’on se passe comme une pommade sur la blessure de nos années de privation.

Et on devient parano.

On vit avec la peur au ventre…
Parce qu’on se dit que tout cela pourrait ne pas durer.

On cherche à se protéger coûte que coûte de la voracité de l’État et des banques…
Quitte à s’affranchir de quelques contraintes fiscales.

L’exemple le plus marquant, c’est celui des gagnants du loto qu’on retrouve chez la plupart des gourous de la finance.

L’un vous dira qu’ils finissent tous ruinés. L’autre qu’ils finissent dépressifs.
Dans tous les cas, il faut les imaginer sans le sou et sous un pont après avoir connu (brièvement) les joies éphémères d’une richesse inattendue qu’ils n’ont pas su gérer.

La vérité est ailleurs. La vérité, c’est que les gagnants du loto ne finissent pas tous sous les ponts.

La vérité, c’est que la Française des Jeux a mis en place un programme d’éducation financière qui leur est spécialement dédié pour éviter d’en arriver là.

Mais si l’exemple n’est plus forcément d’actualité, le problème de fonds reste lui entier : gagner plus d’argent ne résoudra JAMAIS vos problèmes d’argent.

Le danger quand on gagne beaucoup d’argent, c’est de croire que l’on est riche et à l’abri du besoin parce qu’on touche un revenu à 5 chiffres. Ou de vivre dans l’insécurité permanente parce qu’on n’a pas appris le b.a.-ba de la gestion de ses finances personnelles. Ou de faire « comme si » alors qu’on sait au plus profond de soi que l’on s’est coupé de soi-même depuis très longtemps.

Le problème quand on veut mettre fin à tout ce cirque, c’est que c’est plus facile à dire qu’à faire.

Parce que plus on a eu le sentiment d’être privé de tout pendant 10, 20 ou 30 ans et qu’on peut enfin se permettre de tout acheter ou presque… Plus c’est difficile de réussir à sortir de ce cycle infernal.

Et c’est impossible d’en sortir sans changer la structure directrice de votre environnement financier.

Lorsque vous souhaitez réussir à changer l’un de vos comportements, vous n’avez aucun intérêt à essayer de le changer directement.

Changez plutôt la structure qui encourage ce comportement, et votre comportement changera automatiquement…

Par exemple, si vous ne voulez plus dépenser tout votre argent, commencez par mettre en place un virement automatique en début de mois vers un compte d’épargne bloqué.

Dans l’Odyssée d’Homère, Ulysse et son équipage rencontrent des Sirènes dont le chant est si beau que les marins perdent la tête en l’écoutant et font naufrage.

Pour éviter le drame, Ulysse décide de changer la structure de son environnement.

Plutôt que de compter sur la force et la volonté pour résister à la tentation d’écouter le chant des Sirènes, Ulysse bouche les oreilles de ses compagnons avec de la cire et leur demande de l’attacher au mât du navire.

La tentation est ainsi évitée et le navire peut continuer sa route.

Bien sûr, dans le cas de la gestion de vos finances personnelles, la mise en place d’un virement automatique ne suffit pas.

Le virement automatique vous permet de reprendre (un peu) le contrôle sur votre vie financière. Il permet d’éteindre l’incendie. Il faut ensuite aller plus loin en apprenant à faire la distinction entre revenus et dépenses, actif et passif.

Prendre le temps de faire un point sur vos états financiers personnels et apprendre à faire travailler pour vous l’argent que vous gagnez.

Cet argent qui prenait auparavant directement la direction de la case « dépenses » et qui désormais prendra celle de la case « achat d’actifs ».

Parce qu’en agissant ainsi, vous sortez 3 fois vainqueur de ce combat avec vous-même.

Vainqueur parce que vous construisez les fondations de votre sécurité financière… cette même sécurité qui vous faisait défaut lorsque vous dépensiez tout l’argent que vous gagniez.

Vainqueur parce que l’argent investi va à son tour vous rapporter de l’argent, argent que vous pouvez cette fois dépenser comme bon vous semble pour vous faire plaisir.

Vainqueur parce que vous atteignez enfin le stade ultime de l’autonomie émotionnelle qui vous rend à la fois libre et indépendant.

Et c’est aussi ça, l’indépendance financière…

Dans le cadre du Séminaire de l’EFP, je reviens en profondeur sur ces notions d’actif et de passif qui sont à la base du processus de l’indépendance financière.

Vous y découvrirez notamment :

• Ce que vous devez savoir pour ne pas confondre un actif avec un élément de passif (et éviter de faire comme 90% des gens)…

• Pourquoi votre résidence principale n’est pas un actif (et pourquoi la location est souvent un meilleur choix financier que l’achat)…

• La dynamique de flux qui relie l’actif aux revenus et le passif aux dépenses (et comment la maitriser pour enclencher le processus de l’enrichissement)…

• Les 2 principaux types de dettes (et comment les détourner pour vous permettre d’acquérir de nouveaux actifs)…

Cliquez ici pour vous inscrire tout de suite…

Recevez gratuitement 2 heures de formation en vidéo

Inscrivez-vous sur la liste d’attente du Séminaire de l’EFP

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: