Your Money or Your Life

your-money-or-your-life

Caractéristiques

Traduction : La bourse ou la vie.

Version papier : 400 pages

Temps de lecture estimé (livre complet) : 8 heures

Achat du livre : cliquer ici

Choix du livre 

Your Money or Your Life de Vicki Robin et Joe Dominguez est un livre à lire absolument si vous vous intéressez de près à la gestion de vos finances personnelles.

Alors que l’incertitude règne dans le monde économique, il est devenu plus que jamais essentiel de prendre en main la gestion de son argent.

Dans ce livre riche en conseils pratiques et en exemples concrets, vous apprendrez une méthode efficace pour vous désendetter, mettre l’argent au service de vos projets de vie (et non l’inverse), résoudre les conflits internes entre vos valeurs et votre style de vie, préserver l’environnement tout en épargnant et bien sûr gagner votre indépendance financière sûrement et progressivement.

Beaucoup de sagesse et de bon sens dans cette édition révisée du best-seller international.

Version audio

Téléchargement de la version audio : cliquer ici

Temps d’écoute estimé : 10 minutes

Idée # 1 : l’épargne est la vraie liberté, et non l’endettement

L’ère du crédit dans laquelle nous vivons a réussi à tourner l’épargne en ridicule.

A la manière du roman 1984 de George Orwell (« la haine est l’amour », « la guerre est la paix »), on nous répète que l’endettement est la liberté.

Mais la véritable liberté, celle qui nous permet d’envisager l’avenir sereinement, c’est l’épargne. L’épargne qui nous donne la liberté de quitter notre travail si notre patron a un comportement intolérable. L’épargne qui nous permet de gagner notre indépendance financière et de jouir du sentiment de liberté qui en découle.

Refuser la course effrénée caractéristique de la société de consommation recèle bien des trésors cachés parmi lesquels on trouve la réduction du stress quotidien, le surcroit de temps pour prendre soin de nous et un sentiment de bonheur accru.

Idée # 2 : le vrai risque, c’est de laisser son avenir financier dépendre de l’économie de marché

La tendance structurelle de l’économie depuis une vingtaine d’années consiste en la destruction d’emploi, l’augmentation du coût de la vie et la destruction de la valeur des monnaies papier.

Si vous pensez que l’argent est synonyme de richesse, de sécurité ou de succès, vous êtes à la merci des vissicitudes des forces monétaires. Les personnes qui atteignent l’indépendance financière savent qu’elles peuvent utiliser d’autres types de monnaie pour bien vivre : le troc entre voisins, la capacité à faire les choses par soi-même et la créativité pour résoudre les problèmes qui se posent à elles.

L’indépendance financière, ce n’est pas qu’une question de valeur nette de votre patrimoine. C’est d’abord et avant tout la capacité de sortir du carcan de la culture consumériste et refuser de croire que tout ce qui a du sens dans votre vie a nécessairement un prix.

Idée # 3 : votre vie financière n’est pas une vie parallèle à votre vie quotidienne, elle est votre vie quotidienne !

La plupart des livres sur les finances personnelles partent du principe que votre vie financière doit être envisagée séparément de votre vie quotidienne.

Au contraire, cette dernière en est partie intégrante et doit être envisagée comme un système global, une approche systémique de votre vie.

C’est en partant de l’individu que vous êtes, de votre identité et de vos valeurs que vous parviendrez à transformer votre relation à l’argent. L’objectif n’est ni la frugalité ni la richesse à tout prix mais l’intelligence financière qui permet de savoir dépenser son argent pour maximiser son bien-être tout en épargnant pour gagner en liberté.

Idée # 4 : la « Rat Race » ne nous a pas conduit au bonheur que nous recherchions (maladroitement)

Le plan financier qui consistait à aller à l’école, obtenir de bonnes notes et décrocher un emploi bien rémunéré n’a pas permis de nous rendre plus indépendant.

Au contraire, ce plan financier nous a conduit à tisser un réseau de dépendances financières pour compenser notre manque d’autonomie. Nous sommes plus que jamais éloignés de nos familles, de nos communautés. Nous ne savons pas produire notre propre nourriture et nous ne savons pas réparer la plupart des appareils que nous utilisons dans notre vie quotidienne.

Le progrès matériel qui était sensé nous libérer nous a en réalité transformé en esclaves.

La course engendrée par le matérialisme entraîne également le besoin du « toujours plus » et un sentiment d’insatisfaction chronique.

Idée # 5 : des schémas cognitifs dysfonctionnels sont la cause du manque de changement

Les schémas cognitifs représentent notre manière d’interpréter la réalité. Ils donnent à notre esprit la possibilité de faire des raccourcis pour juger au plus vite et au mieux d’une situation qui se présente à nous.

Malheureusement, il arrive très fréquemment que ces schémas – qui gouvernent nos comportements – ne soient pas en adéquation avec la réalité objective.

La plupart d’entre nous sommes prisonniers de notre système de croyances financières. Bien que nous soyons lucides sur le fait que « l’argent ne fait pas le bonheur », nos comportements indiquent pourtant le contraire.

Nous avons appris à chercher des solutions extérieures aux signaux qui émanent de notre esprit, de notre cœur et de notre âme. Nous essayons de satisfaire nos besoins psychologiques et spirituels grâce à la consommation.

Idée # 6 : la courbe de satisfaction, un concept négligé

La courbe de satisfaction indique la relation entre le sentiment de satisfaction et le montant de l’argent dépensé (habituellement pour acquérir plus de biens matériels).

La courbe de satisfaction suit une progression logique : nous comblons d’abord nos besoins primaires, puis nos besoins de confort. Viennent ensuite les biens qualifiés de « luxueux » et le point d’inflexion de la courbe qui traduit enfin un comportement de surconsommation.

Le point d’inflexion de la courbe de satisfaction traduit le moment à partir duquel nous pouvons dire que nous avons « assez ». Assez pour notre survie. Assez de confort. Assez de « petits luxes ».

Une fois que vous avez découvert le point d’inflexion de votre propre courbe de satisfaction, l’objectif est d’éviter à tout prix l’inversion de la courbe caractéristique de l’encombrement.

Idée # 7 : suivez les 9 étapes du programme pour gagner votre indépendance financière

La première étape du programme consiste à faire la paix avec son passé. Vous devez d’abord déterminer quelle somme d’argent totale vous avez gagné durant votre vie financière (de votre premier euro à votre dernier bulletin de paie). Ensuite, il vous faudra calculer la valeur nette de votre patrimoine en construisant vos propres états financiers.

La seconde étape du programme consiste à suivre de près votre énergie de vie. Vous devez d’abord déterminer le coût véritable en temps et en argent pour conserver votre activité professionnelle actuelle et comptabiliser ainsi votre véritable salaire horaire. Faites ensuite le suivi de chaque euro qui entre et ressort de votre système financier personnel. L’objectif est de mieux appréhender votre comportement en matière d’argent.

La troisième étape du programme revient à utiliser les informations que vous avez recueillies au cours de la seconde phase. Après avoir assuré le suivi de votre argent pendant un mois entier,  vous allez être en mesure d’établir les catégories de dépenses qui reflètent l’unicité de votre vie (par opposition aux principes génériques de la gestion budgétaire). Construisez votre tableau d’entrées et de sorties de votre argent et faites le total de l’argent dépensé dans chaque catégorie (nourriture, vêtements, loyer, etc.) et n’oubliez pas de convertir l’argent dépensé en « heures d’énergie de vie » en utilisant le véritable salaire horaire calculé à l’étape 2.

A ce stade, la quatrième étape composée des 3 questions suivantes doit vous permettre d’y voir plus clair : ai-je éprouvé suffisamment de satisfaction par rapport à l’énergie de vie que j’ai dépensée ? Mon investissement en énergie de vie est-il en adéquation avec mes valeurs et mon objectif de vie ? Comment cet investissement pourrait-il évoluer si je ne devais pas travailler pour gagner ma vie ? Il peut s’avérer être intéressant de matérialiser vos réponses à ces questions par un plus, un moins ou un égal devant chaque sous-catégorie de dépenses.

La cinquième étape consiste à matérialiser sur un graphique les résultats des étapes précédentes pour vous donner une image claire et simple de votre relation présente à l’argent ainsi qu’une évolution de la tendance de votre situation financière. C’est en représentant graphiquement votre vie financière que vous serez en mesure de faire le point sur la transformation de votre relation à l’argent. Cette transformation demande du temps et de la patience. Deux qualités indispensables qu’il vous faudra cultiver pour réussir.

La sixième étape du programme consiste à utiliser intelligemment votre énergie de vie et à réduire et éliminer vos dépenses superflues. Il ne s’agit pas ici de frugalité au sens de privation et de frustration mais d’une frugalité créative au service du sentiment de plénitude plutôt que celui de l’insatisfaction chronique. Pour cela, vous devez avoir pleinement conscience de l’argent que vous dépensez et de la finalité de chaque dépense. Apprenez à choisir la qualité de vie plutôt que le niveau de vie.

La septième étape du programme consiste à analyser qualitativement la manière dont vous dépensez votre énergie de vie. Il est fondamental d’apprendre à briser le lien entre votre identité et votre activité professionnelle. En agissant de la sorte, vous apprenez à maximiser la valeur de l’énergie de vie que vous dépensez pour votre travail tout en l’échangeant contre le salaire qui correspond le mieux à votre santé et à votre intégrité.

La huitième étape du programme concerne le point de rencontre entre les revenus que vous générez par le biais de vos revenus passifs et votre niveau de dépenses. Le capital que vous recevez en échange de vos investissements est bien différent de celui que vous générez par le biais de votre activité professionnelle. Il est la représentation graphique et matérielle de votre indépendance financière. En effectuant vos propres projections financières, vous serez en mesure de calculer le temps qu’il vous faudra pour gagner votre indépendance financière.

La neuvième et dernière étape consiste à améliorer votre connaissance des véhicules d’investissement existant pour vous aider à générer des revenus passifs sur le long terme. Les 4 facteurs principaux à prendre en compte sont : le rendement annuel, les frais, les impôts et taxes divers et enfin les effets de l’inflation. Les obligations d’Etat (bons du Trésor), les fonds communs de placement, les trackers et l’immobilier sont les véhicules privilégiés par les auteurs du livre.

A propos de l'auteur...

Thibaud Eigle est le fondateur de l'Ecole des Finances Personnelles. Il a notamment travaillé pendant près de 10 ans dans des domaines aussi variés que l'Audit, la Banque et le Capital Risque. C'est cette expérience riche et multiforme qui lui donne aujourd'hui un regard si complet sur le monde de la finance.

 

Article précédent:

Article suivant: